Lettres - Et Power/Gesca dans tout ça?

C'était bien qu'Alain Gravel et son équipe de l'émission Enquête fassent une recherche sur l'empire Quebecor dans le cadre de leur émission. Cependant, mis à part le fait de nous avoir montré qu'il pouvait y avoir de la manipulation de sondages sur les personnalités culturelles dans les pages du Journal de Montréal et que les Péladeau étaient des nationalistes fiers de promouvoir la culture québécoise, cette émission ne possédait pas vraiment d'intérêt public, contrairement à la prétention de la SRC et d'Alain Gravel.

Par contre, il serait sans doute d'intérêt public d'enquêter sur l'empire Power Corporation et sur son influence sur la politique du Québec, surtout ces dernières années. Cet empire, dont la filiale Gesca possède La Presse, Le Soleil et cinq autres quotidiens régionaux du Québec, mériterait également et davantage que Quebecor qu'on enquête sur lui. D'autant plus que le propriétaire, Paul Desmarais, a avoué se servir de son journal La Presse pour promouvoir le fédéralisme canadien (Le Point, juin 2008). Ce groupe possède des intérêts économiques très importants comme dans les sables bitumineux, dans le gaz de schiste, dans le béton et dans les assurances privées.

Quels sont les liens entre ces intérêts privés et les politiques du gouvernement Charest comme le Plan Nord, la place du privé en santé ou son inaction dans le dossier des gaz de schiste? Comment les journaux de Gesca et les éditorialistes comme André Pratte et Alain Dubuc traitent-ils la nouvelle concernant ces dossiers et tout ce qui est susceptible de réveiller le nationalisme québécois comme l'anglicisation du Québec? Comment se fait-il également que la SRC, une chaîne publique, possède une entente avec Gesca depuis 2001 et que cette entente est restée cachée durant quelques années? Voilà un bon dossier pour l'équipe d'Enquête qui serait vraiment d'intérêt public et non simplement un pamphlet contre un concurrent gênant.

***

Martin Lavallée - Montréal, le 6 novembre 2011

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

13 commentaires
  • Roger Lapointe - Inscrit 8 novembre 2011 06 h 22

    La question est posée.

    Reste à Gesca-Power-Desmarais à y répondre de même que ses liens étroits avec la Société Radio-Canada avec qui elle copine beaucoup en télévision par exemple.Pour le reportage de Gravel sur l'empire Québécor et son immense influence sur la société québécoise,difficile de nier l'évidence.Nous sommes en otage de ces deux empires de communication et reste a savoir comment s'en sortir....

  • Nunu - Inscrite 8 novembre 2011 07 h 24

    D'accord,

    Très d'accord avec vous et ça fait même longtemps que je réclame cette enquête,j'ai même déjà écris à Mr Gravel,mais ne vous attendez à rien de la part de Radio-Canada sur le sujet.Je me demande qui serait assez honnête pour faire cette enquête?Ca prendrait quelqu'un de l'extérieur.Un VRAI journaliste d'enquêtes,mais qui? Je crois que ça prendrait quelqu'un de l'extérieur du Québec et qu'il soit fait fort.Ne compté pas sur les journalistes de Gesca,ils ne feront pas enquêtes sur leur patron mais si Péladeau engageait un enquêteur,un vrai ,il a les moyens ça serait très intéressant et concluant pour la population.On a droit de savoir qui joue avec les marionnetes du Québec et qui achève de tous acheter au Québec,avant qu'il ne soit trop tard et que ce soit irréparable.Merci pour votre article.je vous appuie à 100%Mr Lavallée.

  • josephflavius - Inscrit 8 novembre 2011 07 h 39

    Bien dit

    Très bon commentaire et très pertinent .L'association Radio.can-Gesca est très connue, mais peut-être pas assez, du public. Un gentil petit reportage, très facile sur un méchant connu car il s'agite beaucoup sur la place publique, n'est pas particulièrement important. L'empire Québécor est un puceron au coté de celui de Power. Le danger pour le Québec c'est Desmarais. Le surnom de Radio-Gesca ne vient pas de nul part.

    Que l'on se pose des question sur l'association Quebecor-Caisse de dépôt est une chose et cela est très façile, mais le vrais danger est Desmarais vs Québec.

  • Fabien Nadeau - Abonné 8 novembre 2011 08 h 03

    Intéressant!

    Je pense moi aussi qu'une recherche sur Gesca et ses liens pourrait être intéressante. Mais pour ça, comptez sur Quebecor!

    Quant à l'émission sur Quebecor, une émission peut difficilement être plus intéressante que son sujet. Je lis parfois le Journal de Montréal dans une salle d'attente et je le trouve toujours d'un ennui mortel...

  • celljack - Inscrit 8 novembre 2011 08 h 35

    Les oligarques

    Nombre de Premiers ministres et d'autres élus canadiens influents sont ou ont été financièrement à la charge de Desmarais, y compris le 20e premier ministre Jean Chrétien, qui a siégé au conseil d'administration de Power Corp.

    La famille Desmarais bénéficie de liens étroits avec des politiciens, du monde entier. Les critiques lui reprochent que les connexions politiques de la famille lui fournit des avantages injustes en affaires.

    La relative obscurité de Desmarais à l'extérieur du Canada a été utilisée pour masquer un nombre incalculable de relations politiques de sa famille et son influence dans les affaires.