Lettres - La calomnie de VLB

Le texte d'opinion de Victor-Lévy Beaulieu («La lâcheté de Barack Obama») publié la semaine dernière ne rend pas hommage au devoir d'information d'un journal tel que le vôtre. S'il est vrai que les billets d'opinion offrent une plus grande latitude à leurs auteurs que les articles journalistiques, il n'en demeure pas moins que pour être crédible, un texte d'opinion doit reposer sur des faits vérifiables.

Or, pétri de calomnies, de fabrications et de déformations, le brûlot de VLB perd d'emblée toute crédibilité lorsqu'il impute des propos aussi odieux qu'imaginaires au président israélien Shimon Peres («Les Palestiniens, ces fils de chiens, nous allons les jeter à la mer»). Qui peut croire que ce Nobel israélien de la paix, qui affirmait dans Pourquoi le ciel est-il bleu? que «les gens ont le droit de rêver comme ils ont le droit de manger et de boire», ait pu tenir des propos tirés directement du discours guerrier des dirigeants du monde arabe?

Aussi, ne sommes-nous pas dupes que sous prétexte de la critique d'Israël, VLB s'en prend depuis plusieurs années non seulement à la légitimité de l'État-Nation du peuple juif, mais répand les plus anciens clichés antisémites, à savoir la diffamation des Juifs comme ennemis du genre humain: «Israël ne se comporte pas autrement que le royaume de Judée: ce qui n'est pas moi est mon ennemi et je dois le détruire absolument. Voilà le droit, voilà mon droit» (Victor-Lévy Beaulieu, «Israël, l'Occident et le cochon», paru dans vigile.net le 28 juillet 2006).

La liberté d'informer est un bien précieux qui mérite mieux que la désinformation: après 101 ans d'existence, Le Devoir devrait le savoir.

***

David Ouellette - Directeur associé, affaires publiques (Québec) au Centre consultatif des relations juives et israéliennes, Montréal, le 3 novembre 2011
26 commentaires
  • Gravelon - Inscrit 5 novembre 2011 03 h 20

    Calomnie?

    Qu'importe ce que vos politiques disent monsieur le consul, ce sont vos comportements que dénoncent à juste titre monsieur Beaulieu, et surtout l attitude déshonorante d'Obama. Quoique vous disiez, j'aurai tendance à accorder davantage de crédibilité à monsieur Beaulieu qu'à un gouvernement noyauté par les extrêmistes religieux, un gouvernement que vous représentez et qui passé maître dans le mensonge, le révisionnisme et la démagogie.

  • arabe - Inscrit 5 novembre 2011 07 h 01

    Merci M. Ouellette

    Merci de confirmer ce que j'avais déjà écrit en commentaire avant-hier, notamment sur Shimon Peres. Il est aussi important de noter que l'UNESCO s'est largement méritée les coupures que lui imposent les USA, le Canada et Israel.

    En effet,

    1) En 1996, l’UNESCO a tenu un symposium sur Jérusalem dans ses quartiers-généraux de Paris. Aucun groupe juif ou israélien n’a été invité à participer!

    2) A partir de 1996, le Wakf arabe sur le mont du Temple commença à systématiquement détruire tous les artefacts archéologiques qu’ils y découvraient. L’UNESCO n’a jamais condamné ces actes, même s’ils représentaient des actes illégaux selon la charte de l’UNESCO!

    3) L’UNESCO n’a jamais condamné la désacration de la tombe de Rachel (femme de Jacob-Israel).

    4) L’UNESCO n’a jamais condamné la désacration de la tombe de Joseph (fils de Jacob-Israel).

    5) L’UNESCO n’a jamais condamné les multiples désacrations de synagogues antiques à Gaza et à Jéricho.

    6) Depuis 1974 l’UNESCO collabore activement à un des plus grands crimes culturels de l’histoire humaine: l’effort pan-arabe, et palestinien, d’effacer toute trace d’histoire juive en Israel. En 2009, l’UNESCO a fait de Jérusalem une “capitale de la culture arabe”! En 2010, l’UNESCO a désigné la tombe de Rachel et des patriarches, à Hébron, comme mosquées! En décembre 2010, l’UNESCO a publié un rapport sur l’histoire des sciences dans le monde arabe où on décrivait le grand rabbin, philosophe et médecin Maimonide comme étant un musulman nommé “Moussa ben Maimoun”!

    Je termine en notant qu’en matière d’Education, de Sciences et de Culture (le ESC de “UNESCO”), les Etats-Unis, le Canada et Israel ne sont pas des derniers de classe, contrairement à nombre de pays qui ont voté en faveur de l’adhésion de la Palestine à l’UNESCO.

  • michel lebel - Inscrit 5 novembre 2011 09 h 36

    La paix!

    Il ne faut pas prendre les propos malheureux de VLB au sérieux! Mettre pareille phrase odieuse dans la bouche du remarquable Shimon Peres, ce n'est pas vrai, c'est indigne. Peres ne se comporte pas ainsi. Sur la question de fond, Palestiniens et Israéliens devront s'entendre. Comme tous veulent la paix, elle arrivera bien un jour. Inutile de démoniser une des deux parties. Tous veulent la paix! Shalom ! Salam! Il faut mettre fin à toutes ces souffrances. Oui! C'est possible! C'est possible! Il faut y croire!

    Michel Lebel
    Ancien professeur de droit international

  • Pierrot66 - Inscrit 5 novembre 2011 10 h 14

    Victor Lévy-Beaulieu fait-il appel à l'intelligence des gens ?

    VLB est un écrivain remarquable.

    Amoureux des régions et du terroir du Québec, il aime sa patrie le Québec.

    Mais il doit cependant être nuancé et bien connaître le sujet israélo-palestinien.

    Il ressemble malheureusement dans sa posture à Stéphane Gendron qui affirme aussi des propos extrêmes qui ne fait pas honneur à l'intelligence.

    Pathétique.

  • plan sud - Inscrit 5 novembre 2011 10 h 19

    les intérets

    Si nous avons peut-être, à soustraire les propos du président israélien Shimon Peres de la lettre de VLB, en quoi cela change-t-il le comportement d’Israël envers le peuple Palestinien. Le désaveu demeure le même, tellement les faits accablants accusent Israël d'un entêtement méprisant, consternant à dépouiller la Palestine de tous pouvoirs sur le contrôle de son territoire.

    Comment peut-on menacer l'UNESCO pour un vote démocratique, pour la simple raison que le résultat n'endosse pas nos positions.
    Pensez aussi que le Canada désapprouve cette expression démocratique, en tenant que le gouvernement qui nousences représente n'a le soutien que de 36% de la population.
    Ce qui revient à dire que hormis des intérêts autrement moins noble, il n'existe aucune raison de ne pas condamner les gestes commis par Israël.
    Intérêts pour lesquels il est évident, vous n'avez à prendre la défense.
    Si quelques phrases vous paraissent non souhaitables dans ce texte de VLB, soit. Mais veuillez nous expliquer en quoi le comportement peut être défendable.
    Sinon pour satisfaire vos propres intérêts, qui eux aussi sont qualifiables. Je me garderai de les citer ici, tant la présence d'éléments dégoutants me semble obliger une certaine retenue.

    La décence est parfois la meilleur ligne de conduite.