Lettres - Des exigences exagérées

N'eut été la mollesse servile du Québec en face des diktats d'Ottawa dans le domaine des structures de bâtiments, l'affaire des démolitions et/ou interventions concernant des hôpitaux et des écoles de Charlevoix, n'existerait probablement pas. La Régie du bâtiment du Québec est incompétente à l'égard des nouvelles exigences sismiques du Code du bâtiment pour Charlevoix. Elle ne fait que servir de courroie de transmission pour les décisions des technocrates d'Ottawa, où on s'exprime ex cathedra pour justifier des exigences délirantes.

On est presque deux fois plus sévère pour Charlevoix que pour San Francisco. Pourtant, ce n'est pas au Québec que des séismes ont causé l'écroulement de structures, mais bien sur la côte ouest américaine. Les exigences d'Ottawa sont le résultat d'arguments basés sur une science non exacte et sur un choix aléatoire de période de récurrence. Elles ne tiendraient probablement pas la route si Québec les contestait avec de bons experts, ces derniers pouvant, en même temps, démystifier l'argument de la liquéfaction du sol à Baie-Saint-Paul. Les Québécois, avec la collaboration de leur État, sont en train de se «faire passer un Charlevoix» inutilement coûteux et dévastateur.

***

Jean-Marie Desgagné - Québec, le 4 juillet 2011

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

2 commentaires
  • PAUL ROUSSEAU - Inscrit 7 juillet 2011 10 h 00

    M. Desgagné est mal renseigné

    M. Desgagné est mal informé et transmet des informations qui sont complètement fausses.

    Les accélérations sismiques pour une période de 1 sec à San Francisco (supposons un pour un terrain de catégorie B) sont de 0,84 g (Code NEHRP 2003) et sont 2 fois plus élevées qu' à Baie-Saint-Paul pour la même période et un terrain identique. C'est donc le contraire de ce qu'écrit M. Desgagné. Je pense que notre ingénieur en herbe a encore un certain apprentissage à faire.

    Quant aux normes parasismiques, les critères canadiens et américains sont identiques (à savoir une probabilité de dépassement de 2% en 50 ans). Cela n'a strictement rien à voir avec la "Mollesse servile" ou les "diktats" d'Ottawa. Ces accusations sont complètement déplacées et relèvent du délire complet.

    PR, ing.

  • JAMAIS UN QUeBEC PAYS - Inscrit 7 juillet 2011 12 h 46

    Merci M. Rousseau

    Je n'ai pas les connaissance technique pour réfuter son texte, mais le ton et l'angle choisi trahissait son ignorance et son parti pris. Cela semblait trop à une recherche de raison de querelle.