Lettres - Désolant!

J'ai l'immense bonheur de séjourner l'été sur une pointe du fleuve, en face de l'île d'Orléans. C'est un milieu riche, animé par les marées. Lorsque j'arrive, et tout au cours de l'été, je nettoie tranquillement les berges, et il y en a plusieurs centaines de mètres. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir des centaines de petites rondelles ajourées de plastique.

Je m'enquiers de leur usage auprès de mon voisin cultivateur... et chasseur d'oies blanches: «Ça paraît que tu n'es pas chasseur», me répond-il. Alors, après les morceaux en étoile comme celui de droite, voilà que notre civilisation du plastique a trouvé une autre utilisation «pratique» de sa matière. Peut-être est-ce une trouvaille pour les fabricants de munitions, mais pour l'environnement, alors, c'est raté.

À l'époque où tout un chacun se sert encore de ce beau fleuve comme d'une poubelle (et j'en trouve de toutes sortes sur mes berges!), voilà qu'en plus, ceux qui l'utilisent sportivement et légitimement en sont condamnés à participer à cette pollution par le plastique, parce que ce petit bidule coûte moins cher à fabriquer que ce qu'il y avait avant à l'intérieur des cartouches, et que, bien sûr, qui dit plastique, dit flottant... Et on en retrouve partout. Je ne suis que sur une infime partie du fleuve. À combien de milliers peut-on compter ces pièces sur tous nos cours d'eau? Désolant...

***

Yves Guillet, le 29 juin 2011

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • CCT - Inscrite 8 juillet 2011 20 h 27

    C'est affreux!

    Désolant vous dites?! C'est affreux! Par chez-moi, ce sont des déchets de toutes sortes qui sortent pour la plupart du temps des camions d'ordures ménagères et même des camions de récupération. J'ai eu beau faire des demandes aux endroits appropriés, il ne se passe rien pourtant on nous demande constamment de faire attention, de jeter aux bons endroits nos détritus, de faire de la récupération afin de sauver notre planète. Avez-vous remarqué combien nos bords de route sont débordantes de saletés depuis qu'on récupère? J'en ai souvent des hauts le coeur. De plus, je remplie constamment mes bacs de déchets ainsi que celui de récupération tellement de tout traine le long de la terre agricole où j'habite.