Lettres - Une destruction sauvage

Monsieur le Maire,

Dans votre ville, on a détruit sauvagement la maison historique de votre premier maire. Georges-Casimir Dessaulles, l'une des plus anciennes demeures de votre cité dont l'histoire a souvent été glorieuse. Il se fait qu'à cette maison était aussi associé le nom de Fadette, une femme de lettres déterminée de notre XIXe siècle.

On m'a dit au téléphone que cette maison relevait du domaine privé — après eux, le Déluge! — et que la Ville n'avait rien à voir avec cette démolition faite sans avis donné au comité des défenseurs de cette maison, celle qui fut pendant 25 ans la résidence de votre premier magistrat. Vous me permettrez de ne pas adhérer à ce facile argument de défense. Pour moi, cette destruction relève aussi de l'absence de volonté politique qu'une citation de la Ville aurait pu protéger. C'est le point de vue de l'assureur qui l'a emporté sur le devoir de mémoire pourtant soutenu par tout un groupe de citoyens.

Cette démolition, qui suit celle d'une porte historique de la ville et qui semble en annoncer d'autres, n'est pas un geste singulier et témoigne de l'absence de volonté de garder mémoire du patrimoine politique de cette ville qui fut longtemps à l'avant-garde de la modernité.

Veuillez croire, Monsieur le Maire, à l'expression de ma profonde déception et exprimez mes remerciements aux conseillers et citoyens qui ont manifesté la volonté de sauvegarder une partie de leur mémoire municipale.

***

André Gaulin, historien et ancien député - Le 5 juillet 2011

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 6 juillet 2011 03 h 42

    Effacer...

    Effacer l'Histoire sous prétexte d'imminents profits permet d'oublier des pans entier de ce que nous sommes, sans avoir ni complexe ni culpabilité.

    Nous souviendrons-nous encore assez longtemps ? Voilà la nouvelle devise des Québécois qui refusent obstinément d'oublier.
    Les autres n'ayant déjà même plus le souvenir vague d'avoir à se rappeler quoi que ce soit... Tuant ainsi leurs propres avenir en même temps que leur propres anciens, enterrant leurs espoirs sans y mettre la moindre épitaphe.

    Non, nous ne sommes toujours pas écoeurés de mourir par bandes de caves !

    A bon entendeur, salut !

  • Catherine Paquet - Abonnée 6 juillet 2011 07 h 48

    Maire de Saint-Hyacinthe...

    Vous êtes très perspicace, si vous découvrez à la simple lecture de cette lettre et du commentaire ci-haut que Georges-Casimi Dessaules a été maire de Saint-Hyacinthe, député à l'Assemblée nationale et Sénateur jusqu'à sa mort à 102 ans.