Lettres - Qu'est devenue Radio-Canada?

La télévision de Radio-Canada a complètement perdu la mesure. Un duc et sa jolie duchesse en Angleterre sont en vacances au bras de son cousin canadien, de toute la famille et de vous et moi et, pourtant, je pourrais vivre avec, pendant une semaine, du matin au soir et du soir au matin, si notre télévision n'était pas devenue folle. Elle n'a travaillé que pour eux et elle a complètement oublié (ou presque) l'univers, la Grèce avec ses problèmes politiques et économiques, Strauss-Kahn et la présidence française, Israël, le génocide des Palestiniens, les élections législatives de la Thaïlande, le 4 juillet des États-Unis, le Yémen, la Syrie, les réfugiés, etc. Il n'y a que quelques faits divers et les accidents de tous acabits qui ont grâce à ses yeux.

Ce pays, le Canada, est une monarchie en attendant qu'il devienne République. En attendant, nous connaissons bien la reine de notre pays pour l'avoir connue pendant plus d'un demi-siècle. Mais ce qui nous choque, c'est que les journalistes nous trompent sur de prétendues nouvelles qui sont, en somme, que grand spectacle. Car son petit duc n'a rien à voir avec le Canada que je sache, à moins que tous les autres, le prince Philip, la princesse royale Anne (elle n'a que 61 ans après tout), Andrews, Edward, les comtes, les ducs, les Charles de quelque chose, ont aussi droit, une semaine durant, de la télévision de Radio-Canada.

Mais il n'y a plus d'information. La vérité, s'est que nous sommes dans un ghetto. «Notre monde maintenant» n'est plus le vrai monde. La planète nous échappe. Il ne se passe plus rien dans l'univers. Même Bell nous empêche, par sa propre télévision privée, de voir Euronews à moins que nous habitions dans une grande ville, et avec Vidéotron.

Je refuse encore de croire que Radio-Canada s'est mise à genoux devant le premier ministre du Canada pour lui faire plaisir. Si oui, je suis immensément triste.

***

Mario Cardinal, trente ans de journalisme à Radio-Canada - Le 5 juillet 2011

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

19 commentaires
  • Ginette Bertrand - Inscrite 6 juillet 2011 02 h 32

    À genoux devant le premier ministre?...

    Peut-être bien. Et pour cause. La base conservatrice n'a jamais été entichée de Radio-Canada et tous les prétextes sont bons pour en réclamer la coupure des vivres quand ce n'est pas la disparition.

    Mais pour moi, auditrice et téléspectatrice de longue date de CBC/Radio-Canada, j'y vois bien plus un glissement subtil depuis plusieurs années de Radio-Canada vers une fusion tranquille avec CBC aussi bien dans la couverture que dans le traitement de l'information et dans la promotion de l'unité canadienne coast to coast to coast.

  • Geoffroi - Inscrit 6 juillet 2011 05 h 14

    Si ça peut vous consoler

    C'est encore pire à TVA-LCN.

  • André Chevalier - Abonné 6 juillet 2011 05 h 28

    La terre a arrêté de tourner

    À chaque fois qu'il arrive un évènement assez médiatique pour occuper tout le temps d'antenne de l'information sans que le public ne proteste trop, on y flanque un reporter à demeure et des analystes à la journée longue pour remplir toute la plage horaire de l'information. Ça coûte moins cher que couvrir tout ce qui se passe dans le monde. C'est comme si la terre arrêtait de tourner lors de l'évènement en question.
    Il en fut de même lors de la mort de la princesse Diana et de l'élection d'un pape, même si la majorité des gens se foutent royalement de ces évènements qui, à l'échelle mondiale, relèvent de l'anecdote.

  • Jungle Jim - Inscrit 6 juillet 2011 05 h 30

    je préfère Wiliam aux rois qui tuent

    Quand les rois nègres qui dirigent la francophonie de ce monde, viennent à Québec dans le cadre de cette rencontre des pays francophones, tous les opposants à la visite royale se taisent. Pourtant, combien de morts, combien de sang coulent dans les mains de ces despotes ? Combien de gens dans certains pays d'Afrique sont emprisonnés, tout simplement parce qu'ils sont homosexuels, parce qu'ils ou elles ont trompé leur conjoint, parce qu'ils s'oopposent à leur chef d'État? Où sont les Patrick Bourgeois de ce pays quand ces tristes dirigeants amènent ici leur cour et dépensent sans compter, l'argent de ces pauvres travailleurs exploités par l'État? Ils sont nul part, personne ne les entend. De là la véritable notion de racisme que je pourrais mettre en valeur, du racisme contre les anglo saxons tout simplement. Que l'on s'oppose à la monarchie de l'Angleterre à cause de ses coûts, aucun problème avec ça. Que l'on s'oppose à la monarchie de l'Angleterre à cause de son côté vétuste, aucun problème avec ça. Mais qu'on s'oppose à la monarchie à cause de 1759, c'est d'un ridicule consommé. N'oublions jamais les sages paroles de Paul McCartney en 2008 lorsqu'interviewé au sujet de la controverse entourant sa présence sur les plaines pour un grand spectacle. Il avait dit ce qui suit: "si j'avais la même attitude, je n'aurais aucun ami Allemand. Pourtant, l'Allemagne a presque détruit tout mon pays en 1939-45. Voilà les paroles d'un homme .évolué. On pourrait aussi rappeler que le Japon a reçu deux bombes des USA en 1945, et qu'aujourd'hui le Japon préfère regarder en avant plutôt qu'en arrière. Voilà la différence fondamentale entre les autres et la cliquette nationaleuse du Québec, une différence énorme qui distingue très bien les passéistes et les gens évolués.

  • Léonce Naud - Inscrit 6 juillet 2011 05 h 50

    Le mandat de Radio-Canada

    Et si la tâche de Radio-Canada était d'un côté la fabrication de la nation canadienne et de l'autre la décomposition de la nation québécoise?