Libre opinion - Les Dégriseurs et Radio-Canada

Ce qui a pu passer pour un geste empreint d'irrationalité, voire de lâcheté (du moins, un manque complet d'opportunisme), constitue pourtant une décision mûrement réfléchie. D'abord, exposons la situation: après la publication du «Manifeste pour un Québec dégrisé» dans Le Devoir du 22 juin dernier, les Dégriseurs furent invités à l'émission Sans préliminaires animée par Franco Nuovo et diffusée à la Première Chaîne de Radio-Canada. François Legault était l'autre individu invité à l'émission de monsieur Nuovo.

Bien que cela eût pu être fort intéressant de rencontrer le personnage politique le plus populaire au Québec actuellement, et de discuter avec lui pendant une heure, divers dangers étaient aussi présents. Premièrement, il nous semble bien difficile d'amener une critique de fond de certains aspects de l'approche idéologique de monsieur Legault en se basant sur quelques pamphlets qui, nous devons l'affirmer, demeurent tout de même conçus de manière fort habile. Ainsi, entreprendre un débat conflictuel avec monsieur Legault aurait probablement conféré une image quelque peu vulgaire au groupe, en les présentant comme de simples négationnistes, incapables d'une réelle force affirmative et infestés de ressentiment. Le risque d'un suicide politique nous semblait imminent pour le jeune collectif.

Deuxièmement, une seconde possibilité aurait été de montrer les limites de la démarche de monsieur Legault, par exemple l'absence d'une quelconque composante écologiste dans sa plateforme, ou encore la croyance de tendance néolibérale voulant que le problème du nivellement par le bas de l'éducation (qui est, soit dit en passant, un réel problème) puisse se voir réglé par sa privatisation partielle et par une discrimination économique des étudiants à travers la hausse des frais afférents. Considérant la grande expérience politique et l'habilité non négligeable du populiste, il nous apparaît ne faire aucun doute que chacune de nos propositions aurait été récupérée à son avantage. De cette manière, nous considérons que cette option, tout comme la mise en relation conflictuelle, n'aurait pratiquement rien amené à la démarche des Dégriseurs.

Finalement, et cela représente le point le plus subtil mais le plus important, considérant la structure psychologique de l'homme ordinaire, fonctionnant sur une base principalement associative, la présence simultanée des Dégriseurs et de monsieur Legault au sein d'une même émission aurait pu être interprétée comme une forme particulière de collaboration, et ce, peu importe le contenu réel de l'entrevue. Il nous semble encore trop tôt pour prendre position vis-à-vis de l'ancien péquiste.

Il importe d'abord de ne pas se laisser griser par une poignée de confettis et risquer de se faire récupérer par une coalition qui, nous devons l'affirmer, a présentement le vent dans les voiles. Le risque de passer pour la simple jeunesse de Legault nous semblait trop grand.

Voilà en gros pourquoi les Dégriseurs considèrent que cet entretien à Radio-Canada, malgré la tribune intéressante que cela aurait conférée à certaines de ses idées, n'était en fait qu'une trappe à rats. Les Dégriseurs ne se laisseront pas séduire par l'appât fromagé, de quelque nature qu'il soit. Le jeune collectif saura présenter ses propositions politiques en temps voulu, à la manière qu'il jugera profitable à l'avancement de ses positions, sans sombrer dans un opportunisme populiste et ombrageant son fondement révolutionnaire fécond.

***

David Vachon, membre des Dégriseurs

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

8 commentaires
  • Michel Bédard - Inscrit 6 juillet 2011 07 h 48

    Touché.

    "Cet entretien à Radio-Canada n'était qu'une trappe à rats. Les Dégriseurs ne se laisseront pas séduire par l'appât fromagé...

    Ne pas se laisser griser par une poignée de confettis, et risquer de se faire récupérer par une coalition..." Etc.

    Les Dégriseurs, ces Mousquetaires qui manient la langue comme le fleuret. Wow...

  • Jean Lapointe - Abonné 6 juillet 2011 07 h 55

    Un parrallèle intéressant entre Jean-Jacques Bertrand et François Legault

    Pierre Godin dans son blogue nous rappelle que François Legault n'est pas le premier homme politique à vouloir éviter les "chicanes" .

    Il est à prévoir et même à espérer que François Legault connaisse le même sort que Jean-Jacques Bertrand et que... Mario Dumont.

    Voici un extrait du texte de Pierre Godin:


    "C’est qu’avant de négocier, celui-ci (Jean-Jacques Bertrand), comme Legault aujourd’hui, s’était désarmé en proclamant son fédéralisme inconditionnel et son désir de s’entendre coûte que coûte avec Ottawa pour éviter les «chicanes». Le dernier des politicologues fédéralistes admettrait que lorsqu’une minorité fait face à une majorité, comme c’est le cas du Québec dans le Canada, elle doit bâtir un rapport de force, non s’écraser. Jean-Jacques, Mario et François, même stratégie humiliante de perdant, même cul-de-sac appréhendé."

    http://paysdesmasques.wordpress.com/2011/06/20/coa

    J'aimerais ajouter que pour moi le Québec est plus qu'une minorité. Quand on parle de minorité on pense en termes de nombres alors que le Québec est une nation laquelle est subordonnée à une autre nation. Cela justifie encore davantage la nécessité de construire un rapport de force.

    François Legault saura-t-il le reconnaître ?

  • grace - Inscrit 6 juillet 2011 08 h 53

    Gros ego mes degriseurs

    C'est merveilleux votre libre expression, c'est merveilleux votre participation à la vie politique qu Québec. Bref vous êtes merveilleux vous n'etes pas grisonnant...

    Par contre, il faudrait chercher à mater l'ego chers dégriseurs, nous sommes plusieurs à douter de la démarche de Monsieur Legault et du potentiel de pouvoir de cet homme et des autres qui l'accompagnent. Bref, ce n'est pas pour demain Monsieur Legault Premier Ministre du Québec.

    Il y aura d'autres appats mes chers dégriseurs ! Tout le monde apprend les vieux comme les jeunes.

    Il n'y a pas que vous qui ont bati, batissent ou batiront cet endroit.

    N.B. Jeune ma tante de 50 ans, je trouve très souvent ces jeunes très vieux malgré l'absence de gris !

  • meme40 - Inscrite 6 juillet 2011 09 h 04

    Qu'en termes élégants...

    Si j'aurais su, j'aurais pas venu....!Oh la belle frilosité on est jaune, mais à côté du bleu on pourrait nous prendre pour du vert... et ainsi déteindre au profit d'une gamme infinie de vide géométrique...assumant du même coup ma non-appartenance à rien, qu'ultérieurement on pourra expliciter en renflouant de propos gracieux la petite touche finale d'un programme qui est, sans l'être, celui de tout et chacun, qui tend à chercher la formule magique qui leur donnera un ascenseur vers le pouvoir...en pigeant dans la nomenclature gouvernementale,un tiroir après l'autre ,de quoi nourrir la Une des journaux...peuple, taisez-vous on cogite!

  • romane - Inscrit 6 juillet 2011 11 h 37

    Pas somnolents en plus. Bravo!

    "Le risque d'un suicide politique nous semblait imminent pour le jeune collectif."
    Et pour Sirois Ponzi la même chose. C'est pour ça qu'il se cache et que les journaliste de l'oncle Paul évitent systématiquement de le nommer. Le bouc émissaire de service attireras toujours les mouches...