Lettres - Diversifier l'offre de transport

M. Denis Vaillancourt, président du syndicat CA-OM-SC section locale 1983

Je déplore le peu d'ouverture de votre syndicat envers l'installation de supports à vélo sur deux circuits d'autobus de la STM. Est-ce dû au fait que la majorité de vos membres, résidant à l'extérieur de Montréal et se déplaçant en automobile, sont incapables de saisir les changements que la société québécoise doit opérer pour diversifier l'offre en transport? Je suis porté à le penser.

Le monde change, M. Vaillancourt, il n'est pas peuplé que de centres commerciaux et de boulevards desservant des banlieues conçues pour et en fonction de l'auto solo. La décision prise par la STM va dans le sens des nombreuses demandes faites par des milliers de vos usagers afin que les transports collectifs se maillent plus efficacement avec les transports actifs.

Il est déplorable qu'un syndicat en soit rendu à défendre l'inertie. On croirait, à vous entendre, avoir affaire aux plus obtus des députés conservateurs en provenance de l'Ouest et siégeant à Ottawa. Ressaisissez-vous et vous constaterez que de nombreuses villes de par le monde ont introduit depuis fort longtemps des supports à vélo sur de nombreux circuits d'autobus.

J'espère que vous réviserez cette position rétrograde allant à l'encontre de changements que commandent tant la crise énergétique que la crise climatique, qui se profilent à l'horizon et qui affecteront durablement vos petits-enfants.

Coopérativement,

***

Pierre-Alain Cotnoir, le 28 juin 2011

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Sylvain Auclair - Abonné 4 juillet 2011 21 h 55

    Je ne connais pas tous les détails...

    mais il me semble que tout ce qui pourrait ralentir le transport en commun — comme l'usage de supports à vélo ne manquerait pas de le faire — nuirait au TEC. Il est déjà assez lent comme ça, entre autres avec l'obligation d'entrer un par un par une seule porte. (Dans certaine ville, on peut entrer deux par deux par trois portes, sur un autobus de longueur standard, et ce sont des contrôleurs qui s'occupent de vérifier l'acquittement des droits de passage.)