Lettres - Catastrophe sur le Plateau

Comme le dit si bien Richard Bergeron dans son commentaire de samedi dernier, l'«espace de vie beaucoup plus sécuritaire et paisible» que souhaitent créer, «à terme», après les différentes phases, M. Ferrandez et son équipe, se situe entre les rues Saint-Denis, Papineau, Saint-Joseph et Saint-Grégoire... Le «vrai» Plateau, quoi!

Pour les autres, pour les parents pauvres du reste de l'arrondissement du Plateau, la circulation refoulée rejaillissant dans leur district et le taux de pollution engendré par les interminables bouchons de circulation ne sont que de malheureux «dommages collatéraux», tel qu'il nous a été dit au conseil d'arrondissement de juin. Cela donne le frisson...

Pour ne parler que de mon voisinage, la rue Saint-Denis n'était visiblement pas prête à accueillir la moitié de la circulation de la rue Christophe-Colomb. Résultat: de 7h à 19h, elle devient un énorme bouchon continu en direction sud. Conséquence prévisible: la petite rue Drolet très étroite est devenue, elle, dès le premier jour, la voie de desserte de Saint-Denis, envahie par un flot continu d'automobilistes excédés et pressés. C'est ma rue côté «jardin».

Quelles rues ont pâti du côté de l'avenue Papineau? Ah, mais il est vrai que les petites rues à l'ouest de Papineau font parties du «vrai» Plateau, elles! On changera le sens de la rue Chambord, alors, et que plus d'autos encore viennent se joindre au chaos autour de Saint-Denis!

Si on ne se préoccupe pas des conséquences de décisions sur les quartiers extérieurs au seul coeur du «vrai» Plateau, imaginez comme on se soucie de la réduction «sans heurts de la circulation dans tous les quartiers de Montréal».

Je regrette de contredire M. Bergeron, mais ce ne sont pas les (méchants) médias qui ont créé de toutes pièces une histoire à cause de (méchants) journalistes frustrés dans leur conduite automobile. Dans mon livre à moi, cette histoire est bien réelle, et il s'agit bien d'une catastrophe au quotidien. C'est en lisant son opinion et sa description d'un éden citadin qu'on croit rêver.

***

Isabelle Éthier, résidante du Plateau depuis 1975 - Le 28 juin 2011

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Socrate - Inscrit 2 juillet 2011 09 h 21

    parcomètres

    À faire un décompte rapide des terrasses installées juste devant les parcomètres de l'avenue du Mont-Royal, il semblerait en effet que le stationnement y soit devenu rarissime, tant pour Fido que pour les autos. Pour le plus grand plaisir des buveurs moyens semble-t-il.

  • Gabriel Deschambault - Inscrit 2 juillet 2011 10 h 29

    Joignez le mouvement.

    Les changements récents ont eu des répercussions ailleurs c'est évident. Les correctifs seront apporté, c'est aussi évident. Votre "côté jardin" de la rue Drolet est plus turbulent? J'espere alors que les efforts d'amélioration de la qualité des milieux de vie du quartier qui sont entrepris sauront, à terme, ramener votre quiétude.

    J'aimerais simplement vous dire qu'il serait préférable, au lieu de critiquer les gestes de l'administration de notre arrondissement, de plutôt unir vos efforts à ceux d'autres citoyens du quartier qui veulent faire bouger les choses à l'égard du transit dans nos rues.

    Allez porter votre "catastrophe" à la ville centre qui a créé, depuis des décennies, une plus grande catastrophe; celle de rendre plus fluide la circulation automobile au travers de notre quartier. Nous étions des entités négligeables, "immolées" à l'autel de la sainte circulation automobile. Au Québec, quand on a voulu se débarasser du Bon Dieu, on l'a vite remplacé par un autre: le "char".

    Moi, JE REFUSE que des milliers de voitures solo transitent sur ma rue en direction du centre-ville. Il y a des dizaines de solutions que d'autres villes ont appliqué. Le débat actuel du Plateau a le tres grand mérite de faire avancer la réflexion sur le sujet (bien sûr aidé par quelques réparations de ponts ou d'échangeurs), reconnaissons-le.

    S'il vous plaît, joignez-vous aux familles, aux citoyens, qui ont choisis de vivre ici et qui veulent le faire le mieux possible. Réclamez de la grande ville qu'elle respecte ses propres citoyens et qu'elle pose enfin les gestes pour réduire le transit automobile dans notre quartier.

    Gabriel Deschambault
    résidant depuis 64 ans

  • Louis-Georges,Lavoie - Inscrit 3 juillet 2011 11 h 13

    Le plateau

    À madame Deschambault,

    Le problème dans le plteau est,celui, de sa situation géographique. Il est comme un axe central: situé au sud de de Villeray- Parc-Extension-St-Michel et de Ahunstic-Cartiervilleet de Rosement-La Petite-Patrie,
    un peu à l'est de Outremont (l'ex-ville de Tremblay), un peu à l'ouest du nord-est de l'Île, mais quand même au nord de Centre-Sud et de Ville-Marie. Donc, pouvons-nous prétendre, que les résidents du Plateau, peuvent eux aussi importuner les autres résidents!!!!
    Quand allons-nous arrêter de voir les autres humains comme des pestiférés????
    Louis-Georges Lavoie

  • Catherine Caron - Inscrit 7 juillet 2011 09 h 14

    Et l'impact de la rue St-Urbain?

    Vous omettez complètement l'impact majeur que la fermeture temporaire de la rue St-Urbain, à la la hauteur de Laurier et pour cause de travaux, a aussi clairement sur la rue St-Denis. J'habite dans cette zone du Mile-End, dans l'arrondissement du Plateau, et l'observe chaque jour. Cela aura une fin et j'encourage pour ma part pleinement les initiatives menées par l'arrondissement en faveur des piétons et des cyclistes. J'ai vu dans de nombreuses villes du monde de tels changements, souvent bien plus considérables, et ils contribuent au final grandement à la qualité de vie des résidents et des visiteurs du quartier. Ils ne se font pas sans peine et il faut franchir les étapes et ajustements nécessaires. Mais le règne du «char» devra bien avoir une fin, qu'on le veuille ou non...

  • Catherine Passerieux - Inscrit 7 juillet 2011 23 h 06

    VIENNE OFFRE LA MEILLEURE QUALITÉ DE VIE DANS LE MONDE...

    - Les villes européennes continuent d’obtenir le meilleur classement
    - Vienne se classe au premier rang et Bagdad au dernier rang
    - Calgary se classe au premier rang au nouveau classement des écocités et Montréal arrive au 21e rang au classement général

    Montréal ne se classe donc pas si mal puisque 221 villes dans le monde sont cotées dans ce classement annuel (http://www.mercer.com/press-releases/1381180).

    Je reviens de Vienne et il y a une différence majeure entre Vienne et Montréal pour la qualité de la vie en ville: La circulation. Si les deux villes sont très verdoyantes, l'une, Vienne est admirablement desservie par les transports en commun, n'est que très peu envahie par les voitures y compris dans les quartiers centraux, n'a pratiquement pas de stationnement sur rue car les voies sont réservées au transport en commun. Les cyclistes et les piétons sont très bien traités aussi. C'est vraiment un plaisir que de circuler dans Vienne quelques soit le moyen utilisé. L'autre Montréal est aussi verte, mais traîne de la patte assez lamentablement pour les transports publics et est littéralement étouffée par la voiture. Cela saute en pleine face quand on revient. On se retrouve dans un bus aussi confortable qu'un char d'assaut pris dès la sortie de l'aéroport dans des bouchons de circulation insupportables. Comment peut-on encore se porter à la défense de ce mode de vie citadine ?

    Alors, toute initiative visant à donner une meilleure qualité de vie en ville doit être encouragée. Mais, il n'y a pas de miracles et tant que les pouvoirs publics centraux et la presse seront aussi négatifs et timorés sur la question, les avancées seront lentes et contestées. De plus, pour tout changement, il faut un temps d'adaptation et des ajustements. Le grand mérite, c'est de poser courageusement les premiers jalons d'une inévitable évolution. Donc, moi aussi, j'encourage pleinement les élus de l'arrondissement dans leurs initiatives pour