Lettres - La monarchie, un spectacle à nos frais ?

Notre régime politique est caractérisé par un fort sentiment d'appartenance à la démocratie. L'attraction qu'a celle-ci sur les citoyens et les citoyennes est si importante qu'aucun d'eux ne serait prêt à renoncer à son institutionnalisation. Toutefois, il est paradoxal que le chef d'État de notre pays soit en 2011 un monarque non élu détenant son statut politique uniquement par son hérédité. Bien que de nos jours, au Canada, la monarchie soit réduite à un simple symbole, l'absolution de son rôle contredit clairement nos valeurs politiques.

Nouvellement mariés, dans le but de couronner leur union, au mois de juillet prochain, le prince William et son épouse se pavaneront au Québec et au Canada. La perplexité de la population en voyant cette intrusion du couple princier dans notre société en dit long sur l'opinion des gens. Il est démoralisant de voir que certains y voient une occasion «glamour» digne d'un film de Walt Disney. Toutefois, catégoriquement, l'opinion recueillie lors de sondages montre que la population canadienne perçoit la monarchie d'une manière plutôt négative. La contradiction de ce symbole politique à l'égard de nos valeurs démocratiques en est grandement responsable. De plus, il ne faut pas oublier les millions de dollars qui seront outrageusement dépensés pour ce séjour. Annuellement, les Canadiens et les Québécois payent 50 millions pour maintenir cette institution en place. En ces temps de compressions financières, est-ce aux contribuables québécois et canadiens d'assumer la facture de cette visite royale?

***

Hadrien Paquette - Le 28 juin 2011
14 commentaires
  • Jean Lapointe - Abonné 30 juin 2011 06 h 54

    On fait rire de nous et on fait rien ou presque.


    J'ai honte d'être Québécois ces temps-ci.

    N'est-il pas honteux qu' on vienne nous rappeler, en partie à nos frais, que nous avons été conquis en 1760 par les Anglais et que, pour l'essentiel les choses n'ont pas changé depuis 1760.

    Ne serait-il pas temps que ce soit nous qui décidions comment nous allons nous gouverner et qui nous allons choisir comme chef d'État.

    Sommes-nous vraiment des démocrates ou bien nous faisons seulement semblant de l'être?

    Il faudrait peut-être cesser de rêver.

    Ce ne sont pas les souverainistes qui rêvent, ce sont tous ceux qui s'imaginent que tout va très bien et qu'il y a pas de problème, si ce n'est de petits problèmes de régie interne.

  • celljack - Inscrit 30 juin 2011 08 h 37

    Joignez-vous pacifiquement au RRQ

    Je n'ai jamais voté pour ces gens. Je ne les connais pas. Je ne leur reconnait aucun titre ni pouvoir au dessus du simple civil.

    Faites savoir au civil William Arthur Philip Louis et son épouse qu'ils sont les bienvenus au Québec en tant que touristes, nous leurs réserverons les places qu'ils désirent, en fonction de ce qu'ils veulent payer.

    Quant à ceux qui parlent des retombées économiques, vous êtes libres de leur envoyer vous-même de l'argent.

  • Maryam - Inscrit 30 juin 2011 09 h 04

    On n'a pas le choix

    Lorsque nous n'avons pas le choix autant faire avec. Il n'y a pas que la visite royale qui nous coûte chère. Le banquier la semaine dernière et tout ce que l'on ne sait pas. Au moins la visite royale nous apporte une publicité mondiale. Les rues vont êtes presque toutes fermées, voilà ce qui arrive dans une province des bougons.

  • Paul Lafrance - Inscrit 30 juin 2011 09 h 36

    Demi-vérités

    Nous n'avons pas été conquis, en 1760, nous avons été vendus par la France pour un plat de lentilles. En fait, la France c'était débarassée denous parce qu'elle n'avait pas les moyens de financer ces "quelques arpents de neige". De plus, quand nos chefs d'État effectuent des voyages protocolaires à l'étranger, c'est le pays hôte qui paye. Enfin, nous avons souvent reçu des chefs d'État qui ont obtenu leur pouvoir dictatorial sans avoir été élus par leur peuple et nos bons anti-monarchique n'en ont pas fait un plat. Si les Britaniques aiment la royauté parce qu'elle représente leur Histoire et leur culture, nous devons respecter ça. Le ROC, bien que composé d'à peine 10% de Britaniques de souche aime la royauté, c'est surtout pour se démarquer de l'influence culturelle américaine.

  • Michel Leclaire - Inscrit 30 juin 2011 09 h 38

    Avion du gouvernement canadian

    Ce qui est sublime, c'est que ces personnes voyagent avec l'avion du gouvernement canadien qui a dû se rendre en Angleterre à vide pour nous ramener ce couple inutile.
    Pendant ce temps, on coupe dans les programmes sociaux. Cherchez l’erreur !