Lettre - Gaz : pourquoi s'opposer ?

Chères compagnies gazières, depuis que vous avez commencé l'exploration des gaz de schiste, on entend beaucoup parler de vous. Malheureusement pour vous, ce n'est pas vraiment de manière positive. Vous vous demandez peut-être pourquoi les Québécois s'opposent à une activité pourtant si enrichissante pour vous. Je vais tenter de vous éclairer quelque peu en partageant avec vous ma vision des choses.

Au Québec, on retrouve 3 % de la réserve mondiale d'eau douce. C'est une chance incroyable et nous tenons à cette richesse. Mais ce n'est pas parce que nous avons beaucoup d'eau que le fait d'en utiliser 12 000 m3 par puits est justifiable. Sans compter qu'en forant, vous risquez de contaminer la nappe phréatique et ainsi, comme l'affirme le géologue Marc Durand, nous laisser pris à jamais avec des problèmes de pollution de l'eau souterraine. Sommes-nous prêts à courir de tels risques? Peut-être l'êtes-vous, mais je ne le suis pas. Et je ne dis pas ça en pensant uniquement à moi, mais surtout aux générations futures qui subiront les conséquences de vos erreurs sans avoir eu leur mot à dire. Nous n'avons pas besoin des gaz de schiste, pas maintenant. Je propose que nous attendions d'en savoir plus avant de nous lancer dans ce qui pourrait être un désastre écologique.

Je suis certaine que vous ne faites pas ça par mauvaise intention, mais je vous demande d'arrêter quelques instants de penser à l'impact économique immédiat et de penser plutôt aux jeunes et à tous ceux qui ne sont pas encore nés qui sont aussi concernés que n'importe quel autre Québécois et qui ont le droit de grandir dans un environnement sain.

***

Laurence Robichaud, 15 ans - Le 19 avril 2011
3 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 21 avril 2011 11 h 48

    La pollution

    La pollution, ça rapporte combien?

  • camelot - Inscrit 21 avril 2011 12 h 51

    Naïve

    "Je suis certaine que vous ne faites pas ça par mauvaise intention, mais je vous demande d'arrêter quelques instants de penser à l'impact économique immédiat et de penser plutôt aux jeunes et à tous ceux qui ne sont pas encore nés qui sont aussi concernés que n'importe quel autre Québécois et qui ont le droit de grandir dans un environnement sain".

    L'eau puisée par les entreprises de gaz de schistes est mêlée à des millions de gallons de polluants cancérigènes. La France vient de fermer cette filière.

    Je vous suggère de visiter le site du journal "Le Monde". Un article sur cette catastrophe écologique aux États-Unis y est publié.

  • Frederick Brousseau-Gauthier - Abonné 21 avril 2011 23 h 54

    Félicitations

    Félicitations à vous Mlle Robichaud pour votre implication dans ce dossier. Il est nécessaire que la jeunesse fasse elle aussi valoir ses intérêts, elle qu'on a trop souvent tendance à oublier lors des débats publics. La sauvegarde du monde de demain est souvent écartée au bénéfice d'une vision de profit à court terme, qu'il s'agisse de développement économique ou d'échéance électorale. Il nous revient donc, en tant que membres d'une génération sensibilisée sur les enjeux environnementaux, de rappeler aux décideurs de ce monde que nous aurons à vivre avec les conséquences de leurs actions alors même qu'ils ne seront plus.

    En souhaitant que votre campagne soit aussi couronnée de succès que celle du Suroît,

    Frédérick Brousseau-Gauthier