Lettres - Suis-je trop vieux jeu ?

Ce matin, en sortant du train de banlieue, j'ai dû me retenir à grand-peine pour ne pas intervenir auprès d'un homme qui invectivait une femme (voilée) comme du poisson pourri et me forcer à me mêler de mes oignons. Mon regard (désapprobateur) a toutefois semblé le calmer. Et maintenant, la directrice du TNM veut nous faire gober que M. Cantat peut «se racheter» dans un spectacle qui dénonce la violence faite aux femmes. Pourquoi ne pas inviter un loup dans une bergerie tant qu'à y être? Si Vincent Lacroix ou Earl Jones étaient les têtes d'affiche d'une conférence sur l'art d'investir, paierions-nous pour les voir? Certainement pas!

J'espère que les abonnés du TNM auront le courage de boycotter cette «prestation», voire mieux, assister au spectacle, mais en tournant le dos à ce qui se passe sur scène pour que M. Cantat comprenne que certains actes peuvent être rachetés et pardonnés, mais qu'il y a une limite à nous prendre pour des imbéciles. [...]

J'avais beaucoup de respect pour Wajdi Mouawad étant donné tout ce qu'il a apporté au milieu du théâtre québécois. C'est maintenant chose du passé. À 28 ans, étant père d'un jeune enfant, je me suis dit que j'aimerais être plus ouvert à la culture pour faire découvrir à mon fils de nouveaux horizons que je n'ai pas connus étant jeune. Une chose se précise: ce ne sera pas au théâtre québécois qu'il le fera!

***

Hubert Roy - Laval, le 5 avril 2011

À voir en vidéo