cache information close 

Lettres - Cité Verte: les locataires largués!

Ainsi, SSQ Groupe financier a décidé de larguer les logements locatifs de la première phase du projet d'écoquartier la Cité Verte à Québec. En lieu et place, ce sera 100 % condos. Pis encore, en ce qui concerne les prochaines phases, le promoteur nous annonce que la même histoire pourrait se répéter...

Déplorable nouvelle! Pourtant, selon le plan d'aménagement datant de 2008, le promoteur prévoyait réserver à la partie locative près de 50 % des 800 unités d'habitation de la Cité Verte. Présentement, mis à part les 35 unités réservées au logement social (ce qui est trop peu), tout le reste risque fort de se transformer en condos.

Est-il nécessaire de rappeler qu'une crise du logement sévit à Québec depuis le début des années 2000? Est-il nécessaire de rappeler que les locataires paient le prix de la pénurie de logements locatifs (hausses abusives de loyer, logements en mauvais état, discrimination lors de la recherche d'un toit, ménages à la rue tous les 1er juillet)? Ce n'est évidemment pas la construction de centaines de condos qui viendra soulager la misère de ces locataires.

Un projet qui se dit «écoresponsable», subventionné de surcroît à hauteur d'une trentaine de millions de dollars par nos gouvernements, devrait également tenir compte de l'aspect humain et social. Faire de la place aux classes populaires serait un pas en ce sens.

***

Jonathan Carmichael - Bureau d'animation et information logement (BAIL), le 10 mars 2011
9 commentaires
  • JAMAIS UN QUeBEC PAYS - Inscrit 14 mars 2011 01 h 48

    Pourquoi une crise du logement?

    a-t-on pensé que plus personne n'est intéresser à investir dans des logements parce que dès qu'il y a un locataire sur place le propriétaire n'est plus le propriétaire. Avec la régis, le locataire mène le propriétaire par le bout du nez. Un locataire qui ne paie pas, ne peut être expulsé dès le premier mois et en plus cela prend la permission de la régis. Les loyers sont quasi fixé par la régis et non les lois du marché. A trop intervenir dans un marché, on détruit ce marché, et c est ce qui arrive maintenant.

  • Peter Kavanagh - Inscrit 14 mars 2011 08 h 10

    Commentaire précedent

    Je suis entierement d'accord avec le commentaire precedent, j'ai perdu assez d'argent avec la location ($16000) Je suis en train de rénover et je vais vendre les 4 appartements comme condo. Il y a une limite a faire rire de soi. La régie rendait des décisions en ma faveur, malheureusement, avec les délais et les recours, j'en suis sorti perdant. Plus jamais de locataires.

  • B Landry - Inscrit 14 mars 2011 08 h 51

    Des logements sociaux

    À lire certains commentaires précédents, n'y aurait-il pas lieu de favoriser la participation des locataires à la gestion. Oui c'est vrai que certains locataires sont irresponsables, mais la contrepartie est aussi vrai. Combien de taudis sont exploités par des propriétaires cupides qui se servent également des règlements de la régie pour faire tomber les plaintes de locataires concernant la salubrité de leur immeubles.

    Il faut amener les gens à être plus responsables et à développer leur compétences et en développant les logements sociaux genre coopératives. On ne peut pas éternellement repousser les gagne-petits....

  • Pierre-E. Paradis - Inscrit 14 mars 2011 11 h 31

    Renforcer la Régie

    Il est évident que renforcer la Régie du logement, afin de traiter plus rapidement les plaintes, serait à l'avantage tant des locataires que celui des petits propriétaires.

    Mais cela requiert d'embaucher des fonctionnaires – ce qui ne cadre pas avec la mentalité libertarienne de radio-poubelle qui domine la région de Québec.

    Morale de cette histoire : la mentalité du «moins d'État» nuit à la fois au droit au logement et aux droits des petits investisseurs. Mais heureusement il restera les lignes ouvertes pour chialer.

  • Claude Archambault - Inscrit 14 mars 2011 13 h 17

    M. Paradis

    Mais pourquoi ne pas abolir la régie? De cette façon les locataires ayant développé une bonne relation avec les propriétaires seraient avantagés et les propriétaires abusif serait mis à l'écart car sans régie, il y aurait très certainement un boom immobilier dans le locatif redevenu concurrentiel. Et pour les mauvais locataires ils serait mis à l'index et on les retrouverait chez les mauvais propriétaire ou bien la ou ils méritent d’être à la rue et sans recours.

    Il devrait y avoir une banque de donné dédié au mauvais locataires, ceux qui ne payent pas, ceux qui se sauvent ceux qui brisent tout.
    Car aujourd'hui être un petit propriétaire est courir à la ruine, une seul mauvais locataire qui lui ne perdra absolument rien, peut causer la faillite personnel du petit proprio.