Lettre - François Legault et la langue française

François Legault a raison de placer l'éducation en tête de liste de ses préoccupations. Il aura alors la possibilité de s'inscrire à des cours de rattrapage de français, une langue qu'il massacre à profusion.

En quelques minutes, à une émission de grande écoute de la télévision canadienne, il a enfilé un chapelet de perles à faire rougir de honte un élève de l'enseignement primaire. Solécismes, pléonasmes, barbarismes, impropriétés, anglicismes, liaisons dangereuses, pluriels singuliers, ont défilé à une telle cadence que les auditeurs en ont perdu leur français: «Ce qu'on se rend compte; ce qu'on a besoin; deux alternatives; il faut être conséquent; vingt zécoles; faire face à la compétition; la première priorité; les zargents; les gens vont SE joindre; prenez par exemple...»

Boileau, au secours!

«Il est certains esprits dont les sombres pensées
Sont d'un nuage épais toujours embarrassées;
Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.»

***

Yves Michaud - Ancien député à l'Assemblée nationale, le 28 février 2011

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

10 commentaires
  • Line Gingras - Abonnée 1 mars 2011 04 h 16

    Relecture rapide

    Quelques observations sur le texte de monsieur Michaud :

    1. «[...] il a enfilé un chapelet de perles à faire rougir de honte un élève de l'enseignement primaire Solécismes, pléonasmes [...]»
    Il fallait évidemment un point après «primaire».

    2. «[...] il faut être conséquent [...]»
    Quel emploi de «conséquent» monsieur Michaud voulait-il condamner? Faute de contexte et d'explications, je ne comprends pas la critique; j'ai pourtant consulté le «Petit Robert», le «Multidictionnaire», le Hanse-Blampain et le «Trésor de la langue française informatisé».

    3. «[...] les gens sont SE joindre [...]»
    Sans doute monsieur Michaud désirait-il signaler un emploi incorrect de la forme pronominale (l'absence de contexte ne permet pas de tirer profit de la leçon). J'imagine cependant que monsieur Legault a dit «vont», et non pas «sont».

    4. «[...] Et les mots pour le dire arrivent aisément».
    (Les guillemets sont de monsieur Michaud.) La citation de Boileau formant une phrase complète et n'étant pas insérée au milieu d'une autre phrase, il fallait placer le point final avant le guillemet fermant.

    5. Boileau a écrit aussi :

    «Hâtez-vous lentement; et, sans perdre courage,
    Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage [...]»

    Je ne veux pas défendre monsieur Legault; je trouve seulement que nous avons tous tendance à rédiger trop vite et à lésiner sur les relectures.

  • Catherine Paquet - Abonnée 1 mars 2011 05 h 47

    "On sait pas qui, on sait pas quand" !

    "On se demande c'est quoi qui arrive aux Québécois francophones" !
    Je crains, cher Monsieur Michaud, que vous ayez à donner des cours de français à un très grand nombre de députés, de journalistes et même d'intellectuels qui défilent régulièrement sur nos écrans, et qui nous assomment avec des expressions du genre. Et qui vous acceuillent avec des anglicismes comme Bon matin (Good morning) ou milles excuses... etc

  • Sansterre Gilles - Inscrit 1 mars 2011 09 h 36

    Merci, M. Michaud!

    Yves Michaud, au moins, maitrise sa langue française. Personne ne peut lui contester cela!

    Nous avons au Québec la fâcheuse manie d'admirer des analphabètes fonctionnels comme Jean Chrétien, Sam Hamad, François Legault, etc. Ce qui frappe chez ce genre de personne est l'absence totale de honte ou de gêne associée à leur handicap linguistique.

    En France, avec son français de secondaire 3, François Legault ne pourrait même pas tenter sa chance aux élections scolaires.

    Vive le Québec!

  • Claude Archambault - Inscrit 1 mars 2011 09 h 49

    Pôvre M. Michaud

    Quand on fait face à un mouvement aussi lucide et réaliste que celui que M. Legault est en train de promouvoir, et que l’on s’attarde à des liaisons dangereuses, des anglicismes et au chapelet de fautes à l’orthodoxie de la langue française, c’est que le contenu est inattaquable, mais comme vous êtes un pur et dur, il est certain que ce que propose Legault vous est totalement inacceptable et que votre seul façon de l’attaquer est de parler de la qualité de son français. Très prétentieux de votre part.
    Mais voyez vous, M. Michaud, premièrement la qualité du français ici est tout aussi acceptable qu’en France avec tout leur terme anglais. Mais aussi il faut savoir c’est quoi une langue ? Une langue est un outil qui sert à communiquer, à véhiculer un message rien de plus. L’important c’est le message, pas : vingt zécoles; faire face à la compétition; la première priorité; les zargents; les gens sont SE joindre; prenez par exemple..
    Si le message est compris, l’auteur du message peu importe les fautes, les acrot aux règles de la langue et autres erreurs linguistiques qui à la fin ne sont que des règles puristes, aura réussi sa tache.

  • bourgeoisgentilhomme - Inscrit 1 mars 2011 10 h 02

    Michaud a encore trop bu

    Il va s'attirer une voléee de bois vert. On attend autres choses de Legault qu'un français parfait. On s'attend à ce qu'il sorte le Québec de sa torpeur. Devrait-il parler comme un bûcheron que j'en ai rien à cirer. Vous devriez peut-être parler de votre héritage! Pas bien fameux.