Lettre - Sauvés par Le Devoir!

Ce ne fut pas le grand verglas de 1998, mais tout de même, celui qui s'abattit sur la région de Montréal le 25 février 1961, il y a 50 ans, fit pas mal de ravages. Sauf erreur, il s'agit du second en importance.

En tout cas, sur notre chemin de campagne à Saint-Basile-le-Grand, les dégâts ressemblaient assez à ceux de 1998. Depuis neuf ans que j'étais sur Terre, je n'avais jamais rien vu de pareil. Privés d'électricité et de chauffage pendant plusieurs jours, il fallait réagir. Avec ma lampe de poche, je suivis mon père à la cave où je le vis transformer un baril de 45 gallons et quelques tuyaux en fournaise. Restait à trouver la matière combustible. Tous les bouts de «2x4» et de contreplaqué y passèrent, mais ce n'était pas assez.

Mon père conservait dans un coin de la cave une collection du journal Le Devoir acquise quotidiennement durant ses années d'études et qui tenait dans cinq ou six cartons. Mon souvenir est précis, le premier de la pile datait de 1935. Et, oui, nous avons procédé au grand sacrifice.

Il me tendait les exemplaires que j'introduisais un à un dans la fournaise, alors que sur chacun la devise nous rappelait «Fais ce que dois»... Fais ce que dois... et peu à peu, la maisonnée se réchauffait. La collection y passa et ma mère trouva que finalement, ça faisait «un bon ménage.»

C'était une façon de saluer les 101 ans d'un grand quotidien et la mémoire d'un homme de devoir. Mon père a quitté ce monde juste à temps pour éviter le grand verglas de 1998.


À voir en vidéo