Lettre - La sacro-sainte Charte

Si les accommodements, dits raisonnables, heurtent tant, c'est qu'ils n'ont rien de raisonnable. Ils relèvent de privilèges que la sacro-sainte Charte accorde aux religions.

Pourquoi ne pas dépoussiérer cette Charte, écrite il y a trop longtemps, et remplacer le concept de religion par celui d'option spirituelle en donnant à toutes ces options un même champ d'expression? Pourquoi permettre à des religions de s'exprimer là où des options politiques ou d'autres options spirituelles sont prohibées? N'est-ce pas ça, un privilège?

Il est temps au Québec que l'on remette la religion à sa place: d'ailleurs, la religion ne relève-t-elle pas essentiellement de l'intériorité? Dès que la religion prétend à autre chose, c'est qu'elle n'est plus une religion mais une politique.

La laïcité qui se dit ouverte est un oxymore qui passe sous silence le privilège des religions que la sacro-sainte Charte leur confère.

La laïcité authentique est un cadre à l'intérieur duquel toutes les options spirituelles demandent à être traitées également.

Vivement la laïcité authentique!


LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

20 commentaires
  • Fabien Nadeau - Abonné 28 janvier 2011 08 h 36

    Superstitions

    J'en viens à croire, moi aussi, que le statut donné aux religions dans notre société permet toute sorte d'abus. Des provocateurs qui essaient d'entrer au parlement avec leurs kirpans aux groupes, islamistes ou autres, qui amassent de l'argent pour financer les rebelles de leur pays d'origine tout en faisant profiter les donateurs de généreux crédits d'impôt, sans compter les fausses églises qui réclament des exemptions de taxes, il y a tout un coin de notre société qui n'est pas sain. Pas saint non plus!!!

    Mais nous sortons à peine de cette phase obscurantiste où la religion menait tout au nom de Dieu. Aujourd'hui, d'autres, aussi victimes que nous l'étions de superstitions qui permettent à une caste de prêtres d'exercer un pouvoir sur leurs fidèles, croient que la religion devrait guider nos vies.

    Laissons-nous un peu de temps, et surtout, montrons par le service des valeurs profondément humaines que nous n'avons pas besoin de l'hypocrisie des religions pour faire un monde meilleur.

  • Duchêne Denys Mehdi - Inscrit 28 janvier 2011 10 h 21

    Vive les Chartes.

    @ F.Nadeau

    Les Chartes protègent les croyantEs contre les individus qui méprisent, lancent des généralisations à tout vent, insinuent des histoires sans source comme dans votre premier paragraphe, et ostracisent les communautés ou individus pratiquant leur Foi. Désolé mais les Chartes s'inscrivent dans l'évolution des sociétés de Droits, pluralistes, démocratiques et libérales, que cela vous plaise ou non.

    Et l'athéisme n,a surtout pas le monopole des «valeurs profondéments humaines», surtout pas avec les horreurs que cette doctrine a commise au fil des siècles. Ignorer son histoire c'est être condamné à la revivre. Voilà pourquoi les Chartes existent. Pour ne pas répéter ces horreurs du passé.

  • Yvon Bureau - Abonné 28 janvier 2011 10 h 39

    Loin des religions, le salut !

    Et dire que toutes les religions seraient fausses et trop souvent néfastes.

    Ce sont les grandes valeurs de l'humanisme qui diminueront les guerres et les maux.

    Simplement humains et totalement humains, loin du religieux, les personnes sont meilleures, à leur hauteur.

  • Gajepi - Inscrit 28 janvier 2011 14 h 04

    Mme Filion

    Vous visez en plein dans le mille ! Les Chartes des droits et libertés (ROC, Québec) accordent des privilèges aux adeptes de toute obédience religieuse bafouant ainsi les droits des agnostiques et athées dans l'espace public. Mais ne vous illusionnez pas de voir un jour des amendements à la Charte du ROC dans le sens que vous désirez puisque qu'elle sert bien d'autres intérêts notamment la désintégration à long terme de l'identité québécoise.

    @ Duchêne Denys Mehdi

    Surtout omettez d'énumérer toutes les horreurs commises par les Fous de Dieu du début du monde civilisé jusqu'à ce jour.

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 28 janvier 2011 14 h 20

    La Charte et la suprématie de dieu(x)

    Beaucoup de religions font de la suprématie de Dieu la base de leur argumentaire. Ainsi, dans l'Islam, le principal message du Coran est l'absolue suprématie de Dieu, qui doit se manifester non seulement dans la vie privée ou individuelle mais aussi dans la vie sociale et politique de la collectivité. Dans la religion juive ultra-orthodoxe, il y a cette volonté de sacraliser jusqu'aux actions quotidiennes les plus banales et de souligner sans cesse l'absolue suprématie de Dieu. Et dans le christianisme, on se souvient du « Dieu le veut ! » qui autorisait (et même commandait) tout. Cet argumentaire de la suprématie de Dieu a conduit à beaucoup de dérapages dans l'Histoire, dérapages qui se continuent encore de nos jours dans certaines sociétés. L'intégrisme, le dogmatisme et l'obscurantisme ne sont pas loin quand on met en exergue la suprématie de Dieu, et ce, quelles que soient les religions qui s'en réclament.

    Quant va-t-on retirer « Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu ... » de la Charte canadienne des droits et libertés? En fait, qu'est-ce que cela signifie au juste la "suprématie de Dieu"? La "suprématie de Dieu" sur qui et sur quoi? Beaucoup de penseurs prônent plutôt la suprématie de l'Homme (et de la femme !). Personnellement, je préférerais une Charte des droits et libertés qui reconnaîtrait ce dernier type de suprématie, juste pour se protéger un peu des dérapages possibles. Ou encore on pourrait parler de suprématie de la morale; car pour paraphraser Voltaire, la morale engendre le bien, le dogme engendre le mal.

    À quand une révision de la Charte canadienne pour en enlever cet anachronisme de la « Suprématie de Dieu »? Une Charte des droits et libertés qui a été faite toute de travers par un premier ministre de sinistre mémoire. Pas surprenant d’ailleurs qu’elle donne plus de droits aux criminels que de jugement aux juges.