Lettres - Crimes haineux

Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, trois synagogues, une école et une garderie juives ont été vandalisées dans l'ouest de Montréal. Une telle action concertée n'est pas une coïncidence: il s'agit clairement d'actes racistes perpétrés par les mêmes gens.

À mon avis, cette mini «Nuit de cristal» est totalement inacceptable. On peut fermer les yeux, se dire qu'après tout personne n'en est mort, que ce ne sont pas des bombes, que c'est seulement quelques dommages matériels insignifiants, mais on aurait bien tort puisque nous sommes en présence d'actes haineux. Or la haine, elle a toujours un début, mais elle n'a jamais de fin.

Nous sommes tous Québécois, peu importe notre religion ou notre groupe ethnique. Si quelqu'un a des griefs contre l'État d'Israël, il peut s'exprimer librement, mais il n'a pas à tenter de se venger sournoisement sur les Québécois de religion hébraïque ou sur les institutions juives du Québec.

Voulons-nous voir des actes d'intimidation pousser des Québécois appartenant à des ethnies impliquées quelque part dans le monde dans des conflits — Juifs contre Arabes, chiites contre sunnites, sikhs contre Indiens, Arméniens contre Turcs, etc. — sentir le besoin de créer leur propre milice armée pour se protéger? Voulons-nous voir la multiplication des permis pour port d'arme? Laissons s'installer un sentiment d'insécurité, et c'est exactement ce qui va arriver.

Le pharmacien Gaston Beauchesne, de Hull, est décédé dans l'explosion du vol 182 d'Air India perpétré par des terroristes sikhs du Canada pour se venger de l'assaut de l'armée indienne contre un temple dans lequel des rebelles sikhs armés étaient retranchés. On a donc tort de croire que la violence interculturelle ne touche que les groupes concernés. Par conséquent, que les peuples qui se détestent règlent leurs différends chez eux, pas ici.

Quant aux auteurs de ces actes de vandalisme, je souhaite une punition exemplaire qui fera réfléchir tous ceux qui seraient tentés de les imiter.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

11 commentaires
  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 19 janvier 2011 07 h 12

    Contradiction

    Vos propros sont contradictoires
    Vous dites d'abord que «nous sommes tous québécois peu importe notre religion ou notre groupe ethnique»
    Puis plus loin vous dites «que les peuples qui se détestent règlent leurs différends chez eux»
    Si ces peuples (lire les juifs, les arabes, les sikhs, les Hindous) existent chez nous c'est tout simplement parce qu'ils n'ont pas été assimilés encore, bref que nous ne sommes pas tous québécois.

  • Minona Léveillé - Inscrite 19 janvier 2011 08 h 03

    La haine et le bien commun

    Notre réaction devant un crime ne devrait jamais être influencée par nos allégeances politiques ou religieuses. Le silence complice n'est pas plus acceptable que la participation active.

    Chaque fois que nous excusons certains crimes parce que les coupables disent être motivés par le comportement de tel ou tel état ou par telle ou telle cause, nous contribuons à créer une société sans aucune cohésion sociale, où les intérêts et les haines de chacun prime sur le bien commun. Avec le temps, le cynisme s'installe et plus personne ne prend la peine de protester.

    Avons-nous envie de vivre dans une société dans laquelle les policiers, les pompiers, les ambulanciers et les médecins modèlent leur attitudes et comportements en fonction de la clientèle à laquelle ils sont en contact? Il y a assez des politiciens qui agissent ainsi!

  • Jacques Boudreau - Inscrit 19 janvier 2011 08 h 10

    @ Rodrique Tremblay

    Il me semble que ce que M. Jean-Pierre Martel affirme (mais il pourra au besoin rectifier mon énoncé), c'est que lorsque quelqu'un envisage de quitter son pays d'origine afin d'immigrer au Québec, il devrait avoir la ferme intention de ne pas apporter avec lui la détestation que son « peuple » (groupe ethnoculturel) peut avoir envers d'autres « peuples » (groupes ethnoculturels).

    L'assimilation totale à laquelle vous faites allusion est une fiction.

    Nous cohabitons depuis 4 siècles avec des groupes autochtones qui ne se sont pas entièrement assimilés, et, depuis 1759-1760, avec d'autres groupes (dont des Juifs) qui n'étaient pas identiques avec nos ancêtres, du point de vue ethnoculturel.

    Notre propre identité a évolué au fil des siècles, à la suite de notre interaction (qui a parfois produit des enfants...) avec autochtones, Anglais, Écossais, Irlandais, Allemands (mercenaires au service de la Couronne britannique) et Juifs...

    En arrivant ici, les immigrants n'ont pas à se départir de toute trace de leur identité et de leur patrimoine culturel, mais ils devraient respecter la majorité et sa culture, et s'affranchir de tout sentiment de haine envers d'autres groupes ethnoculturels...

  • Claude Archambault - Inscrit 19 janvier 2011 09 h 09

    M Tremblay

    Sachez que toute personne de nationalité canadienne ayant résidence depuis au moins 6 mois sur le territoire de la province, peu importe sa couleur, sa religion, sa langue, son orientation sexuel et ses convictions politiques est de facto un Québécois. Il n'est pas nécessaire d"être francophone ni même de parler français pour être québécois, si on y réside et encore mieux si on y paie des taxes et impôts on est québécois.

  • Gravelon - Inscrit 19 janvier 2011 09 h 55

    institutions visées

    Vandaliser des institutions vouées à la religion ou à l'éducation est condamnable, mais accuser, sans preuve des groupes ethniques ou nationaux d'être derrières ces actes sans preuve est tout aussi condamnable, ces actes auraient pu être commis par des néo nazis ou autres groupuscules, d,ailleurs des mosquées sont vandalisées assez régulièrement.
    Il faut aussi distinguer ce qui se passe en Israel et les juifs. Il y a des juifs israelien et de la dispora qui condamne la politique de colonisation d'Israel.
    Enfin, inutil d'essayer de convaincre monsieur Rodrigue Tremblay, il nous a habitué à des théories glanées d'un autre âge.