Lettres - Les mots pour le dire

Selon l'étude du Centre canadien de politiques alternatives mentionnée récemment à la une du Devoir, les cent dirigeants canadiens les plus riches ont touché en moyenne 6,6 millions de dollars en 2009, soit 155 fois le salaire moyen des travailleurs.

Je crois qu'il n'y a pas de mots pour décrire l'écoeurement que provoquent de telles inégalités...

Je sais que d'autres mots suffisent toutefois à en expliquer les raisons et que nous nous devons de les dire et de les répéter si nous souhaitons commencer à mettre un terme à tout cela. Ce sont les mots «égoïsme», «mépris», «cynisme», «corruption», «détournement», «copinage».

Et si nous voulons aller au fond des choses, ce sont «financement des partis politiques», «lobbying», «propagande», «concentration de la presse», «détournement de démocratie» et «démocratie de pacotille».

Parce que si «les salaires des hauts dirigeants attirent de plus en plus l'attention de la population», comme l'écrit Le Devoir, une part de plus en plus grande de cette population réalise aussi qu'un partage égal des pouvoirs, ce que constitue une véritable démocratie, entraînerait lentement et sûrement un égal partage des richesses.
2 commentaires
  • Victor Beauchesne - Inscrit 10 janvier 2011 11 h 35

    combien gagnent les vedettes ?

    Céline Dion, Scott Gomez, Véro Cloutier, Guy A. Lepage touchent combien ?

    Est-ce que Claude Dubois devrait gagner autant que Céline Dion au nom du partage égalitaire ? Quel chiffre serait acceptable ? Est-ce que Monique Leroux ne devrait pas gagner plus que 10 ou 20 fois le salaire d'un commis de caisse ? Qui va statuer, basé sur quels critères ?

    Est-ce que le prof Léo-Paul Lauzon devrait tousher autant que le président de la Banque Nationale ? Pourquoi ?

    C'est beau se scandaliser mais que proposez-vous ?

  • Franfeluche - Abonné 10 janvier 2011 15 h 30

    A M. Beauchesne

    L'impôt progressif, la lutte aux abris fiscaux et aux paradis fiscaux.