Lettres - Dénoncer et combattre

Félicitations pour votre appel au boycottage d'un commerce qui vend des souliers fabriqués en Israël, un pays qui commet de graves entorses aux droits de la personne. Cependant, pour donner encore plus d'envergure à votre campagne pour la justice, je vous suggérerais d'en appeler aussi au boycottage des quelques commerces dans le comté de Mercier qui vendent des produits chinois, la Chine étant un autre pays où le bilan des droits humains est un mégadésastre.

Blague à part, ne pensez-vous pas que cet acharnement quasi-obsessionnel contre une cible singulière, toujours la même, commence à sentir mauvais? Vous gaspillez votre formidable capital de sympathie avec cette obsession bancale. Le Québec de 2010 n'a pas besoin de ces relents des années 30.

Évidemment, il faut dénoncer et combattre les politiques injustes du gouvernement israélien, mais, au lieu de vous en prendre arbitrairement à une petite entreprise, il serait plus correct (et sûrement plus efficace!) de vous associer à des organismes, comme Amnistie internationale et d'autres, qui ont une vision et une pratique véritablement universelles de la défense et de la promotion des droits de la personne.
8 commentaires
  • bla bla - Inscrit 21 décembre 2010 09 h 52

    Parfaitement d'accord avec la lettre de M. Therrien

    et son obession va lui faire mettre les 2 pieds dans la même botinne.

  • Lise Boivin - Abonnée 21 décembre 2010 11 h 15

    Du bon usage de la poésie

    Thérien, Bédard et bla bla sont de fervents défenseurs des droits humains mais aussi des bonnes manières. On peut parfois lancer des bombes à fragmentation (quand la situation l'exige) mais pas des souliers. Boycotter les produits israéliens et cotiser à Amnistie internationale, dans ces circonstances, ne paraît pas contradictoire, au contraire.

    Je ne sais pas à quelles années 30 monsieur Therrien fait allusion, mais je lui rappelle qu'il y avait la Palestine et pas d'Israël à l'époque.

    Quant à monsieur Bédard, en son nom je présente de sincères excuses à Félix. Ceux qui se détournent de QS pour des raisons aussi futiles ...

    Pour bla bla, disons que son esprit risque de se faire écraser par ces 2 pieds.

  • Yves Claudé - Inscrit 21 décembre 2010 13 h 35

    Qui ou quoi « dénoncer » ? Comment « s'engager » ?

    Je suis d'accord avec Monsieur François Thérien sur le fait que les mouvements sociaux ne sont pas toujours très cohérents, que leurs interventions sont souvent improvisées, parfois carricaturales ou empreintes d'un désolant dogmatisme.

    Cependant, la meilleure façon de « dénoncer » ce type de situation est de « s'engager » dans ces mouvements, et de proposer les orientations et les actions qui nous paraissent socialement et éthiquement fondées.

    Ce qui me dérange passablement à propos de Monsieur Amir Khadir est l'ambiance de chasse aux sorcières à son endroit, qui émane d'un certain nombre d'individus plutôt bruyants, campés dans des positions stratégiques de certains milieux politiques et médiatiques. Le néomaccarthysme qui se propage a déjà fait assez de victimes (Monsieur Yves Michaud et bien d'autres) pour que l'on puisse assister passivement à la montée d'une autre "Grande Noirceur".

    Monsieur André Noël, journaliste de La Presse, a aussi reçu récemment quelques flèches de la part d'un apprenti néomaccarthyste qui tentait de l'épingler dans cette affaire du boycott de produits israéliens: voir sa réponse sur Ruefrontenac.com.

    Je veux témoigner ici de mon soutien inconditionnel à Monsieur Amir Khadir, face aux apprentis néomaccarthystes et à leurs pathétiques entreprises.

    Yves Claudé

  • Marc O. Rainville - Abonné 21 décembre 2010 14 h 17

    De chaussures et autres causes

    Michel Bédard : ''De belles qualités l'Amir, mais un jugement parfois surprenant...''

    Amir Khadir peut continuer à me surprendre. Nous serons nombreux à en redemander. Ce qui ne me surprend guère cependant, c'est la réaction.

  • Roland Berger - Inscrit 21 décembre 2010 15 h 05

    Tout le monde est sale...

    Les attaques contre Amir Khadir repose sur un postulat déprimant : tout le monde est sale ; il doit bien l'être lui aussi. Ça s"appelle frapper en bas de la ceinture. Mais ce que font ceux qui sont incapables de se tenir debout.
    Roland Berger