Lettres - Incroyable, mais vrai

Vers 16h, je suis au CLSC des Faubourgs pour une consultation. On me demande de venir demain matin à 8h pour prendre un numéro et de revenir à 11h pour la suite. Je suis un septuagénaire, donc à mobilité réduite. Je demande à la réceptionniste s'il est possible d'avoir un numéro maintenant, elle me répond qu'elle a été près de perdre son emploi pour l'avoir déjà fait.

Quel est le Colloredo qui a pensé à instituer ce système ridicule? Celui-ci, un jeune je présume, n'a jamais été malade, demeure près d'un CLSC. Il ne connaît pas le fait de vivre avec une mobilité réduite, soit par la maladie, soit par l'âge, le fait de payer un taxi deux fois, le stationnement, etc.

Dans les médias, on trouve plusieurs articles sur les soins au Québec... Un autre à ajouter.

***

Raymond Dufort - Le 16 décembre 2010

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Le Percheron - Inscrit 18 décembre 2010 12 h 29

    La technologie n'existe pas

    l'année dernière, suite à une entrevue avec un spécialiste d'un hôpital du centre-ville de Montréal, je recevais une lettre m'indiquant la date et l'heure (5:00PM) de mon rendez-vous. On m'indique que le but de l'entrevue était de me donner un document m'expliquant les différentes étapes du traitement.
    Je demeurais à l'epoque sur la Rive-sud de Montréal et suis à la retraite. J'appel le service en question et parle au signataire de la lettre. Elle m'explique un peu. Voyant qu'il n'y avait rien de compliqué, je lui demande poliment s'yl n'y aurait pas moyen de m'envoyer ce document par E-mail plutôt que de me faire prendre le pont Jacques Cartier à 5:00PM, payer $16.00 de stationnement et de reprendre le pont.
    Le rendez-vous a été annulé. Je n'ai jamais entendu parlé de la madame depuis.