Lettres - Les nôtres

Nous avons sympathisé avec la population d'Haïti après le tremblement de terre, c'est bien. Ce qui se passe maintenant chez nous, sur les rives de notre grand fleuve et au-delà, jette une partie de la population dans la rue, la prive de ses biens, désorganise des villages entiers.

Allons-nous nous en remettre seulement à nos gouvernements avec toute l'attente et l'incertitude que cela suppose ou ne pourrions-nous pas aussi montrer notre solidarité pendant cette période où elle est déjà sollicitée en organisant une collecte pour ceux des nôtres qui sont sévèrement touchés?

Quel organisme va se mettre en branle pour organiser cela?

Être inondé pour Noël, ce n'est pas un cadeau!

***

Ghislaine Gillet - Québec, le 17 décembre 2010
3 commentaires
  • Denis Marseille - Inscrit 18 décembre 2010 12 h 57

    Fallait y penser!!!

    "Quel organisme va se mettre en branle pour organiser cela?

    Être inondé pour Noël, ce n'est pas un cadeau!"

    Madame Gillet,

    Je trouve que vous avez une bien bonne idée! Puis-je vous faire une suggestion...

    avec vos deux bras, vos deux jambes, votre tête et votre coeur, vous semblez être l'organisme idéal pour mettre en branle cette corvée. Allez-y, faites le premier pas et des centaines vous suivront.

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 18 décembre 2010 14 h 11

    Vous voulez rire?

    Vous avez vu la réaction du ministre Lebel? (il s'en fout)
    Vous avez vu la réaction des médias? (y'a pas un dixième de la couverture d'Haiti)
    La montréalisation, la plateauisation de l'information, that's for real.

  • Denis Marseille - Inscrit 19 décembre 2010 08 h 39

    Lundi matin!

    Je pense avoir eu une idée et c'est grâce à vous madame Gillet!

    Je communiquerai aujourd'hui avec une organisation qui existe déjà et est bien implanté dans ma région. La population gaspésienne a besoin de notre support.

    Moi et ma famille avons fait le tour de la Gaspésie cet été. Je les ai vu ces visages, ces villages et ces berges. Il m'ont accueilli chaleureusement et c'est à mon tour de leur redonner un peu de chaleur.

    J'en profite pour demander à toutes les associations caritatives ( chevaliers de Colombs, club Richelieu, Lions et autres que je ne connais pas) de mettre l'épaule à la roue. Seuls, nous sommes sans ressources. L'union fait la force!

    Ce matin, j'ai fait une recherche internet "aide pour la gaspésie"... RIEN. Les seuls pages qui me sont proposé remonte à 2007.

    Peut-être que le Devoir pourrait être le point de ralliement pour tous ceux qui veulent aider. Il nous faut une personne intègre et connu du public pour galvaniser les troupes. Pourquoi pas Madame Bombardier?