Lettre - Les dangers de l'amiante

Nature, prestigieux journal scientifique international, vient de publier l'éditorial suivant: «Asbestos scandal. Irresponsible policies could cause an epidemic of malignant lung disease.»

Les organisations médicales réputées suivantes, pour n'en nommer que quelques-unes: The Lancet, l'Association médicale du Québec, l'Association médicale du Canada, l'Association des médecins spécialistes en santé communautaire, l'Association canadienne de santé publique, ont maintenant publié des éditoriaux et des déclarations qui condamnent l'immoralité du Québec en exportant l'amiante et en appuyant la «science» liée à l'industrie et sans crédibilité.

Le Québec et Harper sont reconnus comme des obstacles majeurs à la lutte menée par l'OMS et les autorités médicales pour éviter que les gens du Tiers Monde meurent des suites de maladies causées par l'amiante, décès complètement non nécessaires.

Il est temps que Charest et Harper terminent cette sordide affaire d'exporter la maladie pour profit. Même s'ils n'ont aucune moralité ni aucune compassion humaine, juste sur le plan économique, c'est clair que leur service aux intérêts du lobby pro-amiante détruit la réputation internationale du Québec et du Canada. Les gouvernements québécois et canadien dépensent des millions de dollars en relations publiques outre-mer. Ces efforts ne rapportent rien, par rapport à la condamnation et le mépris qu'attire l'exportation de l'amiante par le Québec, appuyée par Harper.


4 commentaires
  • Catherine Paquet - Abonnée 17 décembre 2010 07 h 25

    Où étiez-vous en 1977 quand René Lévesque a nationalisé l'Amiante?

    Il me semble qu'un petit mea culpa pourraît aider cette idée, de tout fermer, à progresser dans les esprits.

  • Franfeluche - Abonné 17 décembre 2010 09 h 45

    À Mme. Ruff

    Puisque vous ne faites pas confiance aux pays du tiers-monde pour utiliser l'amiante d'une façon sécuritaire, vous pourriez proposer que nous l'utilisions au Québec.
    Je vis à Asbestos depuis 45 ans et je vous mets au défi de faire examiner mes poumons, ceux de mes concitoyens particulièrement les travailleurs actuels de la mine Jeffrey. Oui, il est possible d'utiliser l'amiante d'un façon sécuritaire.

    Quant aux pays du tiers-monde, je reconnais qu'il y a beaucoup de travail à faire notamment au niveau des contrôles sur l'utilisation de l'amiante comme c'est le cas avec beaucoup d'autres produits. En somme, si vous voulez être logique, préconisez aussi de bannir tous ces autres produits.

  • B Landry - Abonné 17 décembre 2010 13 h 44

    Bizarre

    qu'on doivent condamner une matière qui tue quand même pas mal moins que la cigarette et le pétrole. Pourtant ces deux derniers produits sont beaucoup plus utilisés et jamais interdits. J'aimerais bien un peu plus de cohérence chez nos gouvernements pour agir en fonction de ce qui est le plus dommageable. À ce que je sache l'amiante peut être utilisé d'une façon sécuritaire, si celle-ci n'est pas utilisé d'une façon sécuritaire dans les partis émergents probablement d,ailleurs par des cies aux capitaux principalement de chez nous il faudrait intervenir auprès de ces cies en premier lieu.

  • Mariette Payeur - Inscrite 17 décembre 2010 22 h 58

    Pourquoi un tel acharnement?

    Aux promoteurs de l'élimination totale de l'amiante.
    À vous dont l'esprit semble, à jamais, envahi de cellules mensongères, capables de se multiplier indéfiniment, pouvant envahir des organes de presse et des réseaux de communication et formant à distance de nouvelles rumeurs, appelées faussetés. (paraphrase d'une définition du cancer)

    Si vous aviez une once de bon sens et faisiez la part des choses entre LES amiantes, amphibole et chrysotyle, si vous combattiez avec vigueur la première forme qui est abominablement toxique et exigiez que le chrysotyle soit mieux exploité, contrôlé et soumis à des normes strictes d'usage et d'exportation, voilà qui serait une cause défendable.
    Bien sûr, une exploitation de l'amiante, occasionnera toujours des cas d'amiantose mais, avec les nouvelles normes, ceux-ci seront beaucoup plus rares et plus vite détectés.
    Si les extrémistes que vous êtes pouvaient y réfléchir deux fois et relativiser les dangers (RÉELS et contrôlables) pour la santé de cette amiante CHRYSOTYLE vs les milliers de vie qu'elle peut sauver, surtout dans des pays pauvres (eau), ils ne crieraient pas à l'abolition. Ces utilisations éventuelles sont à redéfinir et à encadrer soigneusement.

    Et les fibres de substitution sont-elles vraiment moins toxiques et non-cancérigènes? C'est loin d'être prouvé. La cellulose, le lin et le chanvre sont les seuls à pouvoir se prétendre sans aucun danger. Et ils représentent un infime pourcentage des fibres utilisées.

    Il serait bon de se rappeler que, sauf quelques sinécures, il n'y a pas de métier sans risque.
    Certains n'entraînent pas de blessures ou des dégradations physiques mais l'état mental ou moral dans lesquels sont placés certains professionnels, bureaucrates, artistes et politiciens, les mènent parfois à des conditions bien plus catastrophiques qu'une amiantose.