Performance du système ou de certains élèves?

Alors que l'on critique sans cesse notre système d'éducation, le Programme international pour le suivi des acquis (PISA) de l'OCDE donne une très bonne note aux élèves québécois lors de l'évaluation en 2009. Donc, notre système scolaire s'avère remarquable, n'est-ce pas?

Toutefois, avant de sabler le champagne, quelques questions mériteraient une réponse. Tout d'abord, le Québec a-t-il obtenu un échantillon représentatif d'écoles et d'élèves? Le taux de participation des écoles sélectionnées par le PISA a été de 69 % au Québec, tandis qu'il se situait entre 94 et 100 % dans les autres provinces canadiennes. Par ailleurs, au Québec, 52 écoles des 245 participantes ont été exclues de l'analyse par le PISA, parce que le taux de participation des élèves y a été de moins de 50 %. Comment ces exclusions ont-elles pu modifier les résultats de l'étude? Pourquoi certaines écoles se sont-elles exclues de l'évaluation? Globalement, le taux de participation des élèves au Québec a été de 71 %, comparé à 80-88 % dans les autres provinces.

Les parents québécois devaient consentir par écrit à ce que leur adolescent participe à l'évaluation, la liberté de choix oblige, je suppose... Comment l'exclusion de ces élèves a-t-elle pu influencer les résultats? Autre fait à noter, les aptitudes en lecture ont diminué de façon significative pour les élèves québécois entre 2000 et 2009. Pourquoi? Heureusement, les acquis en mathématiques et en sciences sont demeurés stables et situent les adolescents évalués dans le peloton de tête international. Comme tout le monde, je voudrais me réjouir de la performance de nos jeunes et féliciter notre système scolaire. Sans doute, le Québec possède-t-il d'excellentes écoles et d'excellents élèves: les résultats du PISA le reflètent. Par contre, j'aimerais que l'on me rassure que nous tenons entre nos mains un portrait général de notre système d'éducation et non une image de nos plus brillants adolescents.


11 commentaires
  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 16 décembre 2010 08 h 32

    L'OCDE

    Si ça vous tente de vous taper tout le rapport:

    http://www.pisa.oecd.org/dataoecd/10/45/39777163.p


    -Le nombre d'écoles rejetées ne changent rien aux résultats
    -La baisse du Québec en science (10e au monde) est dû au nombre d'États participants qui a doublé en 10 ans
    -Le Québec est 4e au monde en maths, derrière Shanghai, Singapour et Hongkong. Derrière les Chinois....
    -Le Québec est premier en lecture dans le monde francophone.

    Tout ça devrait nous rendre fiers de nos enfants et optimistes pour l'avenir

  • Gilles Roy - Inscrit 16 décembre 2010 09 h 06

    Je cite

    «Une analyse interne effectuée par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec a permis une ventilation plus poussée de la non-réponse en comparant les élèves qui n’ont pas participé parce que leurs parents avaient refusé de donner leur consentement et ceux qui n’ont pas participé pour d’autres raisons. Selon les résultats de cette analyse, les élèves qui n’ont pas participé parce que leurs parents ont refusé de donner leur consentement étaient plus susceptibles d’habiter dans des quartiers de niveau socioéconomique plus élevé que les élèves participants et les autres élèves non répondants.» (Statistique Canada – No 81-590 au catalogue, no 4, p.44)

    Si on se fie sur la ventilation ministérielle, on en retient que ce ne sont pas les élèves traditionnellement les plus faibles qui ont refusé de retourner leur consentement, mais les élèves davantage favorisés. D'où le fait que si (et seulement si) les résultats mentent, il se peut aussi fort bien que ce soit parce qu'ils dévaluent la performance québécoise.

    «En se fondant sur l’analyse de la non-réponse, le consortium a déterminé que la qualité des données canadiennes, y compris celles du Québec, était suffisante pour qu’on puisse les inclure dans les ensembles de données du PISA sans restrictions» (ibid).

    Il se peut que les membres de ce consortium de spécialistes ait erré. N'empêche qu'il me faudrait entendre les arguments contraires d'autres spécialistes patentés (s'il s'en trouve) avant d'oser leur jeter la pierre.

  • Marc Bourdeau - Abonné 16 décembre 2010 10 h 03

    Autres questions de biais

    On remarque dans les documents tirés du site PISA que les indices socio-économiques des divers pays montrent un biais envers les hautes valeurs pour le Canada.

    Le biais de l'indice socio-écnomique du Canada vers les hautes valeurs est même un des plus marqués de tous les pays de l'OCDE ayant participé à l'enquête PISA.

    Cela est un peu troublant, au vu des renseignements apportés par Monsieur Havrankova.

    On sait évidemment que le facteur socio-économique est un des facteurs les plus importants pour expliquer la performance aux tests éducatifs.

    Ces deux éléments mis ensemble ont de quoi rafraîchir nos ardeurs... Sous réserve bien sûr de mieux comprendre les choses...

    Marc.Bourdeau@PolyMtl.ca

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 16 décembre 2010 14 h 24

    @Paule Savignac

    Pourriez-vous élaborer sur les "hautes valeurs canadiennes"?

    Est-ce que de s'occuper de l'éducation des plus démunis est une valeur discutable selon vous puisqu'il semble que ce soit là que le Canada performe le mieux.

    @M. Roy
    Merci. Très intéressant

  • Mario Jodoin - Inscrit 16 décembre 2010 21 h 08

    @ Gilles Roy

    C'est drôle, j'ai tenté d'envoyer un message vers 2 heures ce matin et il ne s'est pas rendu. J'y disais justement que rien ne prouve que ce sont les jeunes les moins forts qui n'ont pas participé. Mais, je n'avais pas d'arguments aussi pertinents que les vôtres pour appuyer cette possibilité.

    Merci !