Lettres - Un nouveau Colisée payé par le privé?

Le projet d'un nouveau Colisée entièrement financé à l'aide du secteur public a quelque chose d'indécent. Compte tenu des déficits annuels prévus pour encore plusieurs années par les gouvernements supérieurs et de l'emprunt de la Ville de Québec, ce seraient donc des emprunts totalisant 400 millions qui devront être payés par les générations futures.

Pareil emprunt, à 4 % sur une période de 30 ans, signifierait un débours annuel de 23 millions. Étant propriété de la Ville il faudrait aussi dire adieu à des revenus de taxes municipales de 13 millions chaque année. Sans compter les frais d'administration et d'entretien, ce seraient des débours/pertes qui totaliseraient plus de 36 millions par année. Le modèle du Centre Bell, propriété des Canadiens de Montréal, me semblerait beaucoup plus approprié.

Il faut aussi se rappeler, le passé étant garant de l'avenir, qu'en 1979 la Ligue nationale de hockey avait posé une condition pour l'entrée des Nordiques dans leur ligue. L'ancien Colisée devait être agrandi, on avait alors augmenté la capacité de 5000 sièges; les millions nécessaires avaient été payés par des deniers publics, les taxes des contribuables.

Quelques années plus tard, Les Nordiques ont malgré tout été vendus avec grands profits. À ce que je sache, aucune somme d'argent n'a été retournée à la Ville pour compenser cet argent public dépensé au seul profit des actionnaires des Nordiques. On avait ainsi profité de l'engouement des amateurs de hockey de la région de Québec pour s'en mettre plein les poches.

Si nos chers politiciens mettent sur pied ce projet utopique, ils feront ici preuve d'un très grand talent à réaliser leur fantasme, à gérer en fonction de leurs intérêts personnels
2 commentaires
  • alen - Inscrit 29 novembre 2010 08 h 36

    Loin du compte

    En réalité, vous êtes loin du compte, Monsieur Jenkins. Le monument ne fera jamais ses frais; ils l'ont admis. Par conséquent, ce n'est pas sur 30 ans qu'il faut calculer les coûts mais à <perpette>... Même quand le monument tombera en ruine, on continuera de payer notre <pizzo> au p'tit roi de la Grande-Allée.

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 29 novembre 2010 09 h 36

    Mairesse de Ste-Foy, sors de ce corps...

    M. Jenking, ancien conseiller de Ste-Foy, continue à penser petit comme la mairesse de Ste-Foy. Pour la mairesse, il n'y en avait que pour Ste-Foy: aucune vision régionale.

    On ne peut demander au privée de construire pareil arena à Québec comme c'est le cas à Montréal ou Toronto tout simplement parce que ce n'est pas rentable. On ne peut tenir autant d'événements que dans les grandes métropoles pour rentabiliser l'investissement. On doit donc subventionner l'édifice comme on le fait pour d'autres édifices collectifs (Grand Théâtre, Palais Montcalm, Place des Arts, Salle de l'OSM)

    Le vrai scandale n'est donc pas dans la subvention de la construction de l'édifice mais plutot dans le très faible loyer que va payer la future équipe qui va s'installer dans l'édifice. Là-dessus, M. Labeaume a des comptes à rendre aux contribuables. Curieusement personne ne lui en parle (l'étude Earst and Young parle d'un différence d'aà peine un million entre un nouveau Colisée avec Nordiques et un Colisée sans Nordiques)