Lettre - Devrait-on déréglementer les enveloppes brunes?

C'est pour respecter le principe du financement populaire des partis qu'on a interdit aux entrepreneurs et corporations de financer les élections.

Dans les faits cependant, les campagnes électorales coûtent aujourd'hui de plus en plus cher, sinon de véritables fortunes. La publicité en particulier doit rejoindre des dizaines et des centaines de milliers d'électeurs, faisant du traditionnel porte-à-porte une activité folklorique en dehors des petits villages.

De fait, le nouveau contexte dépasse de loin la capacité de payer des simples citoyens, si bien que c'est un secret mal gardé que le financement occulte des élections est, par défaut, devenu une quasi-nécessité essentielle. Les cas singuliers dont on entend parler aujourd'hui cachent une réalité beaucoup plus étendue.

La solution au problème serait de déréglementer le financement des partis et des élections, permettant ainsi à ceux qui en ont des moyens de contribuer à visage découvert. L'envers de cette réforme cependant, en plus de faire ombrage au mythe du financement populaire, serait de favoriser le développement du lobbying. Ceux qui cherchent à influencer ou à obtenir des contrats des diverses instances politiques pourraient et devraient en effet le faire ouvertement. Mais serait-ce vraiment un problème? La clarté de la gouvernance en serait fortement améliorée et mettrait ainsi fin à une supposée corruption endémique causée par une réglementation désuète.

Déréglementer les enveloppes brunes serait en fait un moyen de mettre le processus démocratique à l'heure moderne.


3 commentaires
  • Guillaume L'altermontréaliste Blouin-Beaudoin - Inscrit 23 novembre 2010 02 h 02

    une réponse simple ; NON!

    J'espère que vous blaguez. L'envers me semble tellement plus dommageable.

    Je propose des bulletin d'information aux électeurs payés par le DGE dans lesquels les candidats pourraient publier leurs engagements formels (sur la base desquels on pourrait par la suite poursuivre si ils ne les respectent pas).

    Vous, par contre, semblez vouloir légaliser la corruption (quoi que ce l'est presque : http://www.dailymotion.com/video/xatlr9_guillaume- )

    Que proposez-vous pour améliorer les choses... sérieusement?

    Guillaume Blouin-Beaudoin

  • helene poisson - Inscrite 23 novembre 2010 03 h 43

    Pour en finir avec la démocratie du dollar

    Puisque le dollar est roi et maître, selon vous, pourquoi ne pas me permettre aussi de vendre mon vote au plus offrant ?

    Au terme de la campagne électorale, le candidat ayant acheté le plus de votes serait déclaré élu.

    Fini le stress du Jour ''J''. Adieu le sempiternel: ''Si la tendance se maintient''.
    Bienvenue au ''The best mayor that money can buy is...'' et à la démocratie du dollar.

    Et que d'économies, voire de profits, réalisées grâce à l'abolition des élections.
    Cette pratique désuète, héritée d'une tradition ancestrale.

    Mais pour économiser davantage pourquoi ne pas réinventer cette vieille pratique athénienne: le tirage au hasard des élus parmi la liste des ''citoyens''
    ( 5% de la population à peu près, semble-t-il).

    Connaissant vos ''engagements'' politiques antérieurs, je ne suis point surpris de lire sous votre plume aujourd'hui que cette ''supposée corruption endémique'' ne semble point vous surprendre. Votre cohérence interne
    s'exprime ainsi au grand jour ce qui vous honore.

    Car vous avez bien raison. L'actuelle orgie de dépenses électorales ne sert qu'à mettre en valeur tous ces pharisiens du service public. Mais que voulez-vous la dictature se cote mal à la bourse. Rassurez-vous Vincent Lacroix obtiendra bientôt une libération conditionnelle.

    Ou alors, plafonnons sévèrement les dépenses électorales. Tous les poteaux du Québec en seront reconnaissants... sans parler des électeurs écoeurés de se faire prendre pour des cruches fêlées. Ça aidera le taux de participation.

    Moi, je fais confiance au monde pour faire la différence entre un débat politique ancré dans notre quotidien et le marketting électoral trop facile. Et vous ?

  • Sansterre Gilles - Inscrit 23 novembre 2010 04 h 10

    Se payer une loi!

    Vous décrivez, monsieur, le systeme américain où les grandes entreprises se paient des lois et des élus. Le système où des projets de protection de l'environnement ou d'intérêt public sont impossibles parce que ces compagnies ont déjà acheté le vote démocratique, etc. etc.

    Non merci!