Lettres - La droite québécoise: méprisante ou schizoïde?

Le rassemblement du Réseau Liberté-Québec de samedi dernier nous interpelle une fois de plus sur les fondements de la droite, et plus particulièrement sur celle du Québec. Il est clair que les grands protagonistes, cachés dans leur tour d'ivoire et protégés par leurs millions ou milliards, ne se prononcent que peu ou jamais, mais tirent toujours les ficelles du jeu sociopolitique à saveur de corruption et de trafic d'influence. On laisse donc les membres de ce réseau s'évertuer devant leurs semblables à prétendre avoir la connaissance infuse et proposer les solutions parfaites à tous les maux sociaux de notre époque.

Ces vertueux de l'économie libre de toute intervention gouvernementale ne parlent généralement que de croissance à tout prix et fustigent les méchants «socialistes syndicaleux» avec leurs coûteux programmes sociaux en les blâmant pour le ralentissement de la création de la richesse. On exige l'abolition des impôts corporatifs, alors que la presque totalité de leurs employés est un produit de ces programmes, tels que l'éducation et la santé. On prône encore les politiques d'immigration déficientes qui enrichissent leurs amis affairistes, qui font stagner les salaires depuis plus de 40 ans, causant ainsi le très peu enviable résultat qu'il y aura bientôt 50 % des travailleurs au Québec qui ne gagnent pas suffisamment d'argent pour atteindre le premier palier d'imposition. Cela signifie que ces travailleurs actifs et leurs familles ne peuvent contribuer à l'État, mais fréquentent les hôpitaux et les écoles qui sont déjà en état de faillite.

Je leur pose donc la question suivante: cette droite dont vous semblez si fiers, est-elle méprisante à la manière de Jeff Fillion envers les citoyens «attardés» qui croient à une richesse collective, ou est-elle fidèle à la vision de Maxime Bernier, c'est-à-dire complètement débranchée d'une réalité économique qui n'enrichit qu'une élite de nantis en niant de façon alarmante l'existence d'une pauvreté systémique croissante?

***

Marc Beauregard - Montréal, le 28 octobre 2010
17 commentaires
  • meme moi ici - Inscrite 30 octobre 2010 05 h 16

    La droite québécoise: méprisante ou schizoïde?

    A votre question je répondrais... les deux
    la droite est à la fois méprisante et schizoïde? et je ne comprendrai jamais comment des gens de la classe moyenne ou même ouvrière adhère à ces principes qui les appauvrit tout le temps agrandissant constamment le fossé entre les classes citoyennes..

  • bourgeoisgentilhomme - Inscrit 30 octobre 2010 07 h 34

    C'est ça la vie, que voulez-vous

    Et le jour que nous la réfuterons cette réalité, j'ai bien peur que notre train de vie en prenne un coup. Chrétien disait qu'il n'y a rien de plus frileux qu'un million de dollars. Alors imaginez un milliard! De plus, en spéarant le Québec, il n'y aura plus de BS ( péréquation ) pour le peuple québéçois.

  • Serge Granger - Abonné 30 octobre 2010 08 h 21

    Tous à droite

    Charest, Harper, Ignatieff, Deltell: voici les chefs de parti actifs à droite. et ce n'est pas suffisant. Lucides, Legault et cie trouvent qu'il n'y en a pas assez. Tous ses leaders imaginent la même façon de puiser de l'argent. Privatisations, taxes, augmentation des tarifs des services publics et des impôts.

    On est loin de l'imagination au pouvoir. Peut-être une faillite à la californienne inspirera d'autres façons de générer des revenus étatiques. Compte tenu de l'ineptie des politiciens, le peuple propose lui-même une initiative qui sort du dogme. Malgré le fait que tous les journaux sont contre, aussi Obama et les sénateurs californiens, la porposition 19 (ignorée par Le Devoir) sera probablement battue car l'imagination est une maladie infantile selon la droite.

  • B Landry - Inscrit 30 octobre 2010 09 h 44

    Beau résumé

    mais je vais renchérir sur l'aspect schizoïde.
    Lorsque je vois tous ses économistes ou analystes être incapable de faire une analyse sans se sentir obliger de tout évaluer dans une sphère strictement monétaire , j'ai l'impression de voir des individus schyzophrène, totalement déconnecté du quotidien. Pour eux tout doit être capitaliser, évaluer avec des $$$$. Lorsque certaines personnes voient un marais comme un filtre, une réserve de biodiversité, nos lucides ne voient qu'une marre à maringouins à remplir pour faire un centre commercial ou à drainer pour faire pousser du maïs pour produire de l'éthanol. Pas surprenant qu'on en soit rendu à mettre en danger l'avenir de l'humain sur notre belle planète.

    On devrais commencer à considérer comme valeur d'échange, la "calorie". De cette façon nos biens de consommation, nos efforts seraient payés selon une échelle plus concrètes , moins artificielles, où la spéculation seraient plus difficile , voire impossible

  • Jacques Lafond - Inscrit 30 octobre 2010 09 h 59

    À Monsieur Marc Beauregard

    Monsieur Beauregard. Quelqu'un qui gagne $10 l'heure, gagne $200 par semains s'il travaille 20 heures, il gagne $400 s'il en travaille 40, et gagne $700 s'il en travaille 70.

    En plus, quelqu'un qui fait attention à ses dépenses, quelqu'un qui comprend et applique la différence entre une dépense et un investissement, peut devenir un citoyen financièrement productif et indépendant de la société.

    Elle est là la richesse, Monsieur Beauregard. La richesse n'est pas différente pour les riches ou pour les pauvres.

    JL