Lettres - La chape de Pilate

Omar Khadr vient de baisser les bras menottés. Entre deux enfers, il a choisi le moindre. Il aura démontré que confier la justice à des militaires, c'est mettre la bergerie sous la protection des loups. Khadr aura joué le rôle de l'agneau expiatoire sur l'autel de la sacro-sainte sécurité nationale. Dans ce rituel dérisoire, le Canada s'est fait thuriféraire pour encenser le grand prêtre étatsunien en mimant au pas et au doigt chaque mouvement de cette ignoble chorégraphie. Même la prêtresse du dieu Justice, la Cour suprême, n'a pas réussi à faire broncher l'acolyte canadien pour qu'il soutienne la victime dans son agonie.

Steven Harper préfère vêtir la chape de Pilate, qui d'un geste d'autodisculpation crie haut et fort: «Je me lave les mains comme ceux qui sont innocents.» Grand innocent!

***

Pascal Barrette - Ottawa, le 26 octobre 2010
1 commentaire
  • Georges Hubert - Inscrit 28 octobre 2010 13 h 25

    Le Terrorisme d'État génère le terrorisme fanatique

    Oui M. Barrette, bien vu. Et le réel danger dans tout ça, c’est que ces pouvoirs aveugles de Harper et de son triste ministre Cannon et de l’administration Obama (héritière en cela de Bush) génèrent les terroristes de demain... Qu’est devenu Khadr en prison ? D’enfant-soldat sera-t-il un des prochains martyrs de l’islamisme ? Et qui parmi nous pourra l’en blâmer ?

    Et pour ce qui est de la diatribe libertaire de M. Bédard, comme on dit, « ç’a pas rapport ». La société « libre », sans règle et sans contrôle civique, c’est ça la « loi de la jungle » ... qui fait le lit des pouvoirs discrétionnaires dont est victime le jeune Khadr.