Lettres - Retenir et tenir ses paroles

Lors de la campagne électorale de 2007, le candidat Labeaume promettait de mettre en place une «politique d'intervention sociale» faisant entre autres la promotion de la construction de logements sociaux afin de lutter contre la pauvreté. Un an plus tard, il reconnaissait candidement ne pas s'être attaqué à cette question. Résultat: rien.

En janvier 2009, lors d'un dîner-conférence organisé par Centraide, le maire s'autoproclamait «social-démocrate intégriste» (!!!). En plus de vouloir partager la richesse, il y déclarait que «la lutte contre la pauvreté [faisait] désormais partie des priorités de la Ville de Québec» et mandatait l'ex-conseillère indépendante Louise Lapointe pour développer sa soi-disant «véritable politique sociale». Vous, l'avez-vous vu passer?

Même rengaine lors de la course à la mairie de 2009: le citoyen Labeaume veut une ville «plus juste et plus solidaire». À cet effet, il entendait nommer un conseiller à l'exécutif de la Ville qui s'occuperait exclusivement de la politique sociale. Depuis novembre 2009, la conseillère Geneviève Hamelin assume la responsabilité du développement social. Vous, avez-vous remarqué un changement notoire? Ou seulement notable? Où est-elle passée, la fameuse «véritable politique sociale»? Si elle existe, j'imagine qu'elle traîne sous des plans d'amphithéâtre ou sous une pile de formulaires de candidature olympique...

Bref, on savait déjà le maire incapable de retenir ses paroles. Rien de neuf de ce côté. Mais, sur le plan social, il est tout simplement incapable de les tenir.

***

Robin Couture - Québec, le 26 octobre 2010