Lettres - Payer vraiment sa peine?

Le cas du colonel Williams, qui pourrait recevoir sa pension de l'armée malgré sa sentence, laisse songeur. Stephen Harper se tient debout et veut empêcher Williams de la toucher. Mais la question demeure préoccupante: combien de prisonniers reçoivent des émoluments?

Certains États américains ont adopté une position qui pourrait être imitée: ils font payer aux prisonniers leurs frais de séjour en prison si ces derniers ont les sous pour ce faire!

Dans l'état actuel des finances publiques, il serait avisé que les gens ayant commis des crimes paient, outre de leur liberté, de leurs propres sous pour les frais que leurs gestes entraînent. Les honnêtes citoyens apprécieront sans nul doute cette preuve obligée de solidarité!

***

Pierre Langlois - Montréal, le 21 octobre 2010
3 commentaires
  • 54lili - Inscrit 23 octobre 2010 07 h 50

    bonne idée !

    Surtout avec les nouvelles lois que M. Harper veut passer (appuyé par le sénateur, M. Boismenu) et qui va coûter très chèr aux provinces, multiplication des prisonniers et construction de nouvelles prisons.

    Des gens qui ont commis des crimes graves (tel que des meurtres) et qui en ont les moyens devraient payer pour leur subsistance.
    Ils ont enlevé la vie, pourquoi payer pour eux pour le reste de leur propre vie.

  • Michel Chayer - Inscrit 24 octobre 2010 13 h 56

    @Pierre Langlois

    << Dans l'état actuel des finances publiques, il serait avisé que les gens ayant commis des crimes paient (…) de leurs propres sous pour les frais que leurs gestes entraînent. Les honnêtes citoyens apprécieront sans nul doute cette preuve obligée de solidarité! >> -Pierre Langlois

    De la même façon que l’on pourrait renflouer les finances publiques, en vendant des places aux honnêtes citoyens qui apprécieraient d’assister à l’exécution des indigents qui sont incapables qu’acquitter la facture de leur incarcération…

    D’ailleurs, en vous lisant, je ne suis pas loin d’être convaincu que par le biais d’une bonne campagne publicitaire, les Autorités feraient salle comble en réintroduisant le supplice de la roue.

  • Dominique Châteauvert - Inscrite 26 octobre 2010 20 h 07

    Faut pas trop charrier.

    Il y a une différence entre vengeance et justice, entre cruauté et gestion sociale des ressources humaines et financières.
    Pourquoi défendez-vous becs et oncles la vie des criminels en oubliant celle des leurs futures victimes?
    Pouvez-vous scientifiquement m'assurer que Russell et les autres assassins ne feront pas d'autres victimes à leur sortie de prison, comme ce récidiviste qui a récemment violé et tué une jeune femme à l'arrière d'un stationnement public?
    Quelle si grande différence y a t-il entre mourir à petit feu entre 4 murs, à ne rien faire, logé et nourri par des concitoyens obligeants, et prendre le même chemin que leurs victimes quelques mois après elles? Pourquoi elles ? Pourquoi pas eux ? Contrairement à elles, ils ne recevront ni coups de bâton, de pierre ou de lampe de poche, ils ne seront ni étranglés ni violés, ni insultés, ni torturés, mais recevront bien gentiment une anesthésie générale suivie d’une intraveineuse appropriée.
    Comme le dit si bien le poète :
    "C'était un temps déraisonnable
    On avait mis les morts à table
    On faisait des châteaux de sable
    On prenait les loups pour des chiens…"
    Notre société préfère défendre les méchants et sacrifier les innocents.
    Je ne suis pas d’accord.