Lettres - Moins d'État ?

Embaucher un ami, donner des contrats sans appel d'offres, donner la priorité aux plus offrants: toutes des manifestations de la corruption. Selon le Maclean's (et bien d'autres), si le Québec a un si gros problème de corruption, c'est à cause de «la trop grande taille de l'État».

Cette explication myope est méprisable par son hypocrisie. Si on reléguait au secteur privé les services assurés par l'État québécois, comme les services de santé et les garderies, ce type de «corruption» serait non seulement omniprésent, mais il serait normal. N'importe quelle entreprise exerce couramment ce type de pratiques, et personne ne s'en soucie. C'est qu'on demande à l'État d'être équitable, juste et impartial, et pas aux entreprises, simplement soumises aux exigences du marché.

De plus, les autres types de corruption, ceux qui sont aussi bien malvenus au public qu'au privé, sont fort probablement aussi présents (et coûtent aussi cher, proportionnellement parlant) au sein de l'État qu'au sein des entreprises. Seulement, on n'en fait pas nécessairement un enjeu de débat public: la chose peut simplement se régler par des licenciements.

Critiquer le modèle actuel comme le fait le Maclean's, c'est seulement faire preuve d'une adhésion aveugle à l'idéologie du «moins d'État», parce que, pour n'importe quelle raison.

3 commentaires
  • amacdonald - Inscrit 29 septembre 2010 07 h 31

    Une difference fondamentale...

    Les PMEs font faillite avec la mauvaise gestion.

  • mich3457 - Inscrit 29 septembre 2010 10 h 24

    les états-unies d'amérique

    Les libertarioems de ce monde veuelent toujours moins d'état mais s'il y a un endroit ou l'état est le moins présent ,c'est les états-unies.Et pourtant ,ils vivents la pire crise depuis 29,ne s'en sortent pas du a la corruption ,la malversation des milieux financiers non reglementés.Voila...
    michel lafrance

  • Gabriel Danis - Inscrit 29 septembre 2010 10 h 25

    Moins d'État = moins de corruption ? Vraiment

    Les États-Unis viennent de subir, sous l'ère Bush, une des décennies les plus corrompues de leurs histoires. On ne compte plus les scandales économiques et financiers principalement en raison de déréglementations massives et d'accointances entre l'adminstration Bush et l'industrie pétrolière, financière et militaire. Enron, Worldcom, Blackwater, Halliburton, ça vous dis quelque chose.

    Au contraire, la déréglementation, la privatisation et les PPP suscitent évidemment la convoitise du secteur privé et qui dit convoitise…Pensez-vous vraiment que la faible présence de l’État aux Etats-Unis dans les affaires économiques et sociales sont synonymes de moins de corruption ? C'est très mince comme argumentaire...