Lettres - Merci, Maclean's

Merci Maclean's. En accusant le Québec d'être la province la plus corrompue, vous avez donné au Canada anglais tous les arguments pour qu'il se débarrasse d'une aussi mauvaise province qui cadre si mal dans le plus beau et plus meilleur pays au monde. Quel beau coup de pouce pour l'indépendance du Québec!

Merci d'avoir gardé sous silence toutes les corruptions des autres provinces pour ne garder que celles du Québec; ça fait tellement de bien!

Merci d'avoir gardé sous silence tous les crimes des Canadiens anglais envers tous les peuples du Canada: Inuits, Amérindiens, Acadiens, Chinois, Japonais, juifs, Noirs, Italiens, Canadiens français et Québécois. Ça fait tellement chaud au coeur!

Merci d'avoir dénoncé surtout la corruption des fédéralistes québécois: scandale des commandites, le gouvernement Charest, les référendums volés, etc.

Nous comptons sur vous pour garnir les coffres du OUI au prochain référendum. God bless Canada!

Les indépendantistes vous disent un gros merci encore une fois, du fond du coeur, amis Canadiens anglais. We love You, so much!

Vive l'indépendance du Québec! Yes sir!




9 commentaires
  • Gerard Pitre - Inscrit 29 septembre 2010 09 h 02

    Macclean

    Bravo pour votre commentaire. Je l'endose à cent pour cent. Le jour où la nation québécoise se prendra en main et se «grouillera le cul, les autres cesseront de nous chier dessus», si vulgairement dit soit-il. Puisque le beau langage universitaire ne suffit pas à décrotter ce peuple qui dort au gaz, il faut utiliser la vulgarité pour un trop grand nombre d'abrutis et d'inconscients, qui ne jurent que par la propérité individuelle et qui n'ont aucun conscience du sentiment d'appartenance à un peuple à une nation, qui possède tous les outils pour être un pays prospère au lieu d'être à la remorque du Canada anglais. J'admire le Canada anglais, au moins eux, ils se tiennent debout, et rare sont ceux et celles de leur peuple qui les ont trahis comme beaucoup des nôtres pour un plat de lentille. Merci.

    Gérard

  • François Dugal - Inscrit 29 septembre 2010 11 h 06

    Question au ROC

    Comme ça, les québécois sont les brebis galeuses qui font honte au «plusse meilleur» pays du monde?
    Mais quand on veut partir, c'est le «love-in».
    Faites-vous une idée, «my friends».
    Et ma question est: nous aimez-vous vraiment? «Yes or no?

  • Andre Gignac - Inscrit 29 septembre 2010 13 h 40

    Réveil des p'tits Elvis Gratton à espérer suite à cet affront!

    Très bon article, monsieur Rousseau, suivi de 3 bons commentaires. Il est plus que temps qu'il y ait un gros brassage de cage au Québec pour réveiller cette majorité inconsciente d'Elvis Gratton qui est chloroformée au maximum et qui empêche le Québec de devenir un pays indépendant. Nous n'avons plus rien à foutre dans ce bordel de pays dans lequel nous serons toujours traîtés en citoyens de classe inférieure.

    André Gignac, patriote le 28/9/10

  • Catherine Paquet - Abonnée 29 septembre 2010 15 h 43

    Normand Rousseau prouve qu'il est un souverainiste de la vieille école.

    Michel David a écrit dans Le Devoir d'hier:"Aujourd'hui comme hier, les stratèges péquistes comptent moins sur l'appétit de souveraineté des Québécois que sur l'antipathie du Canada anglais pour faire éclore les «conditions gagnantes»."

    Je me hasarde à le paraphraser: Aujourd'hui, Normand rousseau, probablement du commando péquiste, qui sévit sur toutes les tribunes, compte moins sur la recherche de la vérité, sur le programme du parti ou sur le charisme de son chef, que sur les bêtises de certains anglophones, la démonisation intensive des libéraux et les effets négatifs de la Commission Bastarache pour faire éclore les <<conditions gagnantes>>.

  • Michel Gaudette - Inscrit 29 septembre 2010 16 h 29

    Une explication psychanalytique...

    Je tente ici une explication psychanalytique d'une malheureuse tradition historiquement fourbe de notre classe politique...

    Je crois que les modèles d'autorité contenus à l'intérieur de notre inconscient collectif penchent envers la fourberie, la malhonnêteté et la tricherie.

    Notre inconscient collectif aura malheureusement retenu le clergé de jadis comme "modèle" d'autorité.

    Or on peut difficilement trouver plus fourbe que ce clergé.

    C'est ce modèle qui aura habité les Duplessis de ce monde à partir d'un inconscient collectif atrophié et perevrti au niveau des modèles d'autorité....

    Les Anglos n'auront pas eu ce type de "modèles", d'où la différence de la tradition de leur classe politique...