Lettres - Incohérence ?

Il y a plus d'un an, le Parti québécois nous proposait un projet d'indépendance énergétique afin de nous libérer de notre dépendance envers des énergies importées et polluantes. Dans un document de réflexion à ce sujet, on pouvait y lire «puisque près de 50 % de l'énergie consommée au Québec est renouvelable, il reste à faire l'autre moitié du chemin».

Concrètement, cela signifie clairement que les péquistes souhaitent la disparition du pétrole au Québec. Or aujourd'hui, les péquistes dénoncent avec véhémence la fermeture de la raffinerie de Shell dans l'est de Montréal. Je pense qu'il y a là un problème de cohérence. Force est de constater que comme c'est souvent le cas avec les politiciens, les péquistes se sont collés à deux causes populaires, l'environnement et la sauvegarde des emplois, en espérant que personne ne soulève la contradiction.

***

Nicolas Laurendeau, Montréal, le 19 août 2010

À voir en vidéo

6 commentaires
  • meme moi ici - Inscrite 20 août 2010 07 h 16

    c'est quoi ce commentaire ?

    donc les péquistes se contredisent? pourquoi cette attaque soudaine contre un parti qui n' est pas au pouvoir, serait ce dans le but de défendre la gang à charest... ?
    votre message est incomplet, vous y dénoncez des agissements du PQ sans toutefois expliquer pourquoi... on dirait une remarque commandé par jean charest?
    en tout cas cela ressemble à ses discours qui dit: "les pékiss sont aussi pourris que nous autres, tout est de leur faute, même si nous sommes au pouvoir"
    si tu n'as pas confiance au PQ, il reste Québec solidaire pour les prochaines élections, je crois que leurs discours se tient, il est peut-être temps pour les québécois d arrêter d'avoir peur du changement...

  • France Marcotte - Abonnée 20 août 2010 07 h 41

    À malin, malin et demi

    Ah! ah!, vous êtes un malin, mais la demande de mandat d'initiative qui sera transmise par l'opposition officielle à la Commission de l'agriculture etc... et dont on parlait hier, ne vise-t-elle pas à concevoir "un plan acceptable de transition entre la pétrochimie à l'énergie propre"? Et puis, l'environnement n'est pas qu'une cause "populaire" à laquelle on se "colle" ou pas, surtout depuis que l'on entrevoit les coûts du laisser-faire.

  • Gilbert Talbot - Inscrit 20 août 2010 12 h 47

    Les contradictions du PQ sont multiples.

    Ce n'est pas la seule contradiction au PQ : faire ou ne pas faire l'indépendance ? en parler ou pas ? Créer la richesse ou la distribuer ? Réferendum ou pas ? De telles contradictions rendent compte des débats en cours au sein du PQ. L'orientation «lucide» de Pauline est celle qui domine présentement, mais les forces de gauche avec le SPQLibre sont toujours présentes et actives. Pauline n'a pas pu s'en débarrasser totalement. Elle doit donc encore jouer à l'équilibriste, ce qui se manifeste dans les contradictions comme celles que vous soulevez. La citation que vous faites «puisque près de 50 % de l'énergie consommée au Québec est renouvelable, il reste à faire l'autre moitié du chemin» (qui vient d'un document de réflexion et non pas du programme du PQ) a un double sens. Que veut dire : «faire l'autre moitié du chemin?» On peut penser que ça se réfère au développement d'autres énergies renouvelables, comme l'éolien ou le solaire par exemple. Ça peut aussi vouloir dire, comme le propose le commentaire de France Marcotte : concevoir "un plan acceptable de transition entre la pétrochimie à l'énergie propre". Et là, on ouvre la porte à l'exploration pétrolière dans le golfe et l'exploration des gaz de schiste.

  • Gilbert Talbot - Inscrit 20 août 2010 12 h 48

    Les contradictions multiples du PQ et les solutions de QS

    «meme moi ici» vous soupçonne de partisanerie libérale, je n'irai pas jusque là même si votre lettre cache plus ou moins bien un argumentaire partisan.

    «il reste Québec solidaire, écrit «même moi ici» pour les prochaines élections, je crois que leurs discours se tient, il est peut-être temps pour les québécois
    d'arrêter d'avoir peur du changement...». Ça aussi est un argument partisan à double tranchant : «même moi ici» est peut-être un partisan de QS ou, il pourrait tout aussi bien soutenir le PLQ ou l'ADQ et chercherait, par ce mot, à diviser le vote péquiste aux prochaines élections.

    J'aurais préféré que «même moi ici» explique plus clairement le programme de QS sur cette question. Là on aurait pu vraiment voir comment ce parti lui solutionne cette contradiction apparente du PQ.

  • Raymond Saint-Arnaud - Inscrit 20 août 2010 12 h 53

    Avec du vent?

    Avec quoi va-t-on remplir nos réservoirs d'essence? Avec du vent?

    Une fois la raffinerie fermée, l'essence viendra alors d'ailleurs, sans retombées économiques pour le Québec, mais avec les mêmes émissions de carbone.

    Oui, il faut aller vers les énergies renouvelables, mais entre-temps il faut continuer à rouler.