Lettres - Causes et choix de société

32 millions de dollars par année pour tenter de rendre des couples infertiles heureux. À combien de millions s'élève (s'élèvera?) l'engagement du gouvernement en réponse aux demandes de notre Chloé nationale en faveur des aidantes et aidants naturels engagés auprès des personnes lourdement handicapées?

Serait-ce que la porte-parole des couples infertiles est plus influente que celle des grands handicapés? À moins que la situation des couples infertiles ne soit plus difficile à vivre que celle des aidantes et aidants naturels souvent obligés de laisser travail et loisirs pour veiller sur leur proche dépendant?

Quels sont les choix prioritaires de notre société ? Doit-on défendre d'abord le droit de procréer quel qu'en soit le prix, ou le droit de vivre dans la dignité même quand on n'est plus que l'ombre de soi-même?

***

Normand Breault - Montréal, le 14 juillet 2010

À voir en vidéo