Lettres - Un bon jugement

Enfin, le bon sens a triomphé. Le juge Gérard Dugré vient de donner raison à la Loyola High School en l'autorisant à être exemptée du nouveau cours Éthique et culture religieuse (ECR) imposé par le ministère de l'Éducation.

Les laïcistes et les «mur-à-muristes» seront évidemment mécontents, voire outrés. Mais le juge, à juste titre, a estimé que ce cours violait le droit à l'enseignement privé, et en particulier la liberté religieuse, garantie par les chartes québécoise et canadienne des droits et libertés. Loyola est une école privée catholique pour garçons, d'inspiration jésuite. Cette affaire risque fort de se rendre en Cour suprême. Rendue à cette instance ultime, je penserais bien que la Loyola High School aurait à nouveau gain de cause.

***

Michel Lebel - Entrelacs, le 21 juin 2010
3 commentaires
  • GERARD LAMONTAGNE - Inscrit 23 juin 2010 07 h 32

    Le bon sens a triomphé

    Alors on va continuer d'enseigner sous l'égide du ministère de l'éducation que le corps du prêtre devient le corps du christ par un phénomène de transubstantiation à la messe.Je retiens mes commentaires....

    On va enseigner des dogmes imbuvables comme la résurrection des morts au jugement dernier, lequel en passant relève de la pure fiction.

    On va enseigner que dans des domaines, on ne peut pas se servir de la raison, un don de dieu tout comme la vie pour controler les naissances et empêcher les phénomènes de millions d'orphelins parce qu'on doit d'abord sacrifier la mère.

    Indirectement, on va enseigner de ne pas utiliser notre raison mais se fier à celle de gens endoctrinés par des mythes plus bizarres les uns que les autrrs comme principes de vie.

    Allons, le gros bons sens, vous n'êtes pas sérieux. Ce n'est certainement pas vous qui le possédez.

  • Raymond Saint-Arnaud - Inscrit 23 juin 2010 15 h 59

    Séparation de l'Église et de l'État

    Les écoles privées confessionnelles ne devraient pas être subventionnées par l’État.

    La religion n’a pas sa place dans les écoles publiques ou privées subventionnées par l’État.

  • Fabien Nadeau - Abonné 24 juin 2010 09 h 41

    Débattons!

    Le juge a ouvert une brèche et nul ne sait jusqu'où l'inondation va nous emporter. À première vue, et à courte vue, on pourrait penser qu'une école privée peut bien faire ce qu'elle veut de son curriculum. Mais d'abord, faudrait qu'elle soit vraiment privée. Une école subventionnée par l'état n'est privée que de nom.

    Mais si on permet au "loyolisme" de se développer, rien n'empêche une école religieuse juive de développer son propre curriculum. Ce que certaines écoles juives font déjà, si je suis bien informé. Et là, faites-moi une liste: intégristes catholiques, check. Musulmans, check. Scientologie, check. Moonistes, check. Etc.

    Je crois bien qu'il va falloir "euthanisier" Dieu de la constitution, avant qu'il ne nous détruise. Ce dieu multiface est aussi multiprise... La marche devient pénible...