Lettres - S'installer ailleurs ?

La commission parlementaire qui débat ces jours-ci sur le projet de loi 94 «établissant les balises encadrant les demandes d'accommodements» dans les institutions du Québec, ne tournera probablement qu'autour d'une seule question: faut-il interdire le voile intégral, un peu, beaucoup ou passionnément? Ma réponse est: pas du tout.

Il est profondément ridicule, et dans les faits inapplicable, de vouloir légiférer sur le code vestimentaire des citoyens. En France, le projet de loi, encore plus contraignant que celui du Québec, stipule par exemple que «nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage». Le législateur se voit pourtant obligé de préciser qu'il y a des exceptions, entre autres, pour les casques de moto, les masques antigrippe et les tenues de carnaval! Quand on est rendu à un tel degré de burlesque, on se demande si cela vaut la peine de dépenser autant d'énergie, de temps et d'argent pour un problème qu'on pourrait résoudre d'une façon autrement plus simple. Au Québec, on invoque des «motifs de sécurité, de communication et d'identification» pour exiger qu'on transige «à visage découvert» dans les institutions publiques. On n'a pas besoin de loi pour cela, une réglementation suffit, que ce soit au cégep, à l'hôpital, au ministère du Revenu ou à la SAAQ.

On envoie de plus un message aux immigrants, qui risque de s'avérer désastreux. N'oublions pas que le Québec est en grave déficit démographique, la majorité des immigrants choisissant plutôt le Canada anglais. Depuis plusieurs années, de nombreux francophones d'Afrique du Nord, de religion musulmane viennent s'établir ici. Si ces personnes perçoivent qu'au Québec, le message à leur endroit se résume à ceci: «Si t'aimes pas nos balises, fais tes valises», l'avantage linguistique que nous avons perdra de son attrait, et ils choisiront de s'installer dans des contrées moins fermées et intolérantes, à Ottawa, Toronto, Calgary ou Vancouver, ou même plus au sud, aux États-Unis.

***

Christian Feuillette - Montréal, le 18 mai 2010
11 commentaires
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 20 mai 2010 06 h 23

    Tant mieux

    Si un immigré s'installe ailleurs à cause d'une éventuelle loi 94, allons-nous vraiment y perdre? Je ne pense pas.

  • jacques noel - Inscrit 20 mai 2010 08 h 01

    Il n'y a pas de crise démographique au Québec

    Les Québécoises ont un indice de fécondité (1,74) supérieur à celui des Iraniennes (1,73), des Tunisiennes (1,71), des Thailandaises (1,61) et des Cubaines (1,60).
    Les Québécois font 88,000 naissances pour 56,000 décès, 157 naissances pour 100 décès. L'Allemagne, 4e puissance industrielle du monde, fait 75 enfants pour 100 décès, la Russie, deuxième puissance militaire du monde, 67 naissances pour 100 décès
    La crise démographique est le mensonge du siècle. Une immense escroquerie intellectuelle pour justifer des politiques suicidaires d'immigration

  • Yvan Dutil - Inscrit 20 mai 2010 08 h 19

    C'est un service à rendre

    L'immigrante avec le visage voilée va très difficilement s'intégrer au Québec. Très peu d'employeurs vont vouloir l'engager et il y a de très forte probabilités que sa contribution sociale va se limiter à avoir des bébés.. Si c'est une restriction trop grande pour elle, elle est effectivement bien mieux d'aller ailleurs.

    D'autre part, vouloir combler le déficit démographique du Québec par l'immigration est une impossibilité mathématique. D'autant plus, que selon le dernier rapport du vérificateur général, les immigrant sont très mal intégrés au marché du travail québécois. À mon avis, la non reconnaissance des compétences professionnelles est un obstacle bien plus grand à l'immigration.

  • Charles Dubois - Inscrit 20 mai 2010 10 h 05

    La bien-pensance à l'oeuvre...

    Quel argument éculé!

    Montréal est devenu en moins de 15 ans la métropole nord-américaine ayant le plus de femmes voilées en % de sa population. Il suffit de se promener dans certains quartiers pour le constater. Aucune ville de plus de 500 000 habitants en Amérique du nord a un % aussi élevé de femmes portant le hidjabs que Montréal!


    M. Feuillette doit s'en réjouir... On ne peut pas arrêter le progrès.. C'est la preuve que Montréal est une ville progressiste...n'est-ce pas M. Feuillette ?

    Je préfère croire que c'est la preuve de la naiveté de notre belle politique d'immigration..d'ailleurs le Vérificateur général M. Renaud Lachance a démontré la semaine passée le peu de sérieux d'Immigration Québec dans la sélection de nos immigrants.
    On privilégie les francophones musulmans alors qu'un Chinois ou un Latino aurait plus de facilité à s'adapter aux valeurs de notre société..en plus Immigratio Québec s'assure même pas si les diplômes sont véridiques!

    Quel bordel!

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 20 mai 2010 10 h 19

    Halloween?

    Pour des raisons de sécurité, pas de burka, de cagoules ou de masques dans l'espace public.
    Comme avec tout autre règlement, ceux qui le transgressent reçoivent une contravention. Pas plus compliqué que cela. Rien de ridicule là-dedans.

    Une exception peut-être lors de l'Halloween?