Lettres - Accueillir oui, mais selon nos capacités

On peut lire ce matin dans nos journaux que «Québec a mal évalué sa capacité d'intégrer les immigrants», fin de la déclaration du vérificateur général du Québec, Renaud Lachance.

Dire qu'un président de la SSJB de Montréal avait soutenu que j'étais raciste pour avoir dit la même chose lors d'un congrès de la Conférence des peuples de langue française» se tenant à Rivière-du-Loup à la fin des années 80, soulignant l'incapacité du Québec d'intégrer, voire d'assimiler, des immigrants à cause de plusieurs facteurs, dont le facteur-peau entre autres facteurs, ayant constaté que plusieurs employeurs refusaient d'embaucher cette qualité d'immigrants.

Bien sûr, d'autres facteurs font que certains groupes d'immigrants auront des difficultés à s'intégrer à la «nation québécoise», dont celui de la religion n'est pas étranger à ceux-ci. Cela dit, nous devons convenir que le vérificateur du Québec démontre un grand et certain courage lorsqu'il démontre l'incapacité de l'État à évaluer correctement l'intégration des immigrants, risquant, dès lors, d'être montré du doigt du haut de la «grandeur» de groupes intellectuels et d'individus de la go-gauche de la mouvance politico-angélique, pour qui, l'immigrant possède tous les droits, et les États tous les défauts, et surtout, tous les «devoirs» envers ces nouveaux Québécois.

Nous, citoyens du Québec, devons reconnaître que le vérificateur du Québec a visé juste, et que notre gouvernement se doit de réévaluer ses conditions d'admission d'immigrants, et le nombre que l'État du Québec peut accepter. La ministre de l'Immigration du Québec doit tenir compte de ces remarques, et de celles de M. Termote, prononcées devant les membres de l'Acfas la semaine dernière, avant de définir le nombre d'immigrants que le Québec peut accueillir cette année et les années subséquentes.

Le bonheur des immigrants étant relié, à n'en pas douter, à leur intégration à la société d'accueil, ce dont nos États devraient tous s'inspirer!

***

Jacques Bergeron - Montréal, le 13 mai 2010