Lettres - Climat politique nauséabond

Le climat politique actuel au Québec est mauvais, voire nauséabond. Ce n'est qu'insinuations malveillantes, allégations, suspicion, accusations. Sans parier sur l'innocence complète du premier ministre, je m'étonne que M. Charest n'ait pas droit au bénéfice du doute comme tout autre citoyen.

La Commission d'enquête n'a pas encore amorcé ses travaux que la majorité des citoyens interrogés condamnent le premier ministre. Que vaut ce sondage dont les résultats ont été annoncés le 15 avril? Les Québécois ont-ils eu un temps de réflexion? Le temps de peser le pour et le contre? De digérer l'information et de se faire une opinion fondée?

Que dire de cette tempête d'informations diffusées ces jours-ci? Celles de certains journalistes d'enquête plus soucieux de leur carrière et de leur popularité que du bien-fondé de leurs sources sont-elles crédibles? Celles de quelques analystes politiques me semblent teintées de leur couleur politique personnelle. Celles de nombreux médias sont-elles vérifiées? Que penser des cris horrifiés d'une chef de l'opposition à la mémoire un peu courte? On se perd en conjonctures.

La classe politique tout entière est éclaboussée et la population de plus en plus cynique. Qui a à gagner d'un tel climat?

***

Jeanne-Mance St-Louis - Gatineau, le 15 avril 2010
7 commentaires
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 17 avril 2010 05 h 44

    «conjectures» et non «conjonctures»

    .

  • Fabien Nadeau - Abonné 17 avril 2010 08 h 11

    Bénéfice du doute

    M. Charest A le bénéfice du doute. Tout le monde doute de lui! Il n'a que lui-même à blâmer. Et peut-être ces éminences grises pourvoyeurs de dollars pour son parti. Nous avons besoin de plus de transparence, mais le "système" ne le permet pas. Dommage.

  • Marc-Antoine Daneau - Inscrit 17 avril 2010 08 h 46

    Qui a à gagner d'un tel climat?

    Les dépendantistes, pour qui la dépendance est la forme parfaite d'organisation politique, les financiers du PLQ, les nommeux de juges et autres, et ainsi de suite, bref, la sitation profite à tous ceux qui ont leurs intérêts personnels plus à coeur que l'intérêt du peuple québécois.

  • Pierre Rousseau - Abonné 17 avril 2010 13 h 46

    Le citoyen a tout à gagner

    Les journaux font leur boulot et les gens répondent aux sondages selon leurs croyances et convictions - ça s'appelle la liberté d'expression. Si les politiciens agissent d'une manière suspecte, il faut aller au fond des choses et leur donner la chance de donner leur version de l'événement mais on ne peut prendre leurs témoignages sans un grain de sel car ils ont trompé les citoyens bien trop souvent. La langue de bois génère le cynisme et la méfiance.

    Si on réussit à mettre un frein à cette corruption et à cette manipulation inacceptable du pouvoir, c'est la démocratie et nous tous, les citoyens, qui allons en bénéficier.

  • Pierre-S Lefebvre - Inscrit 17 avril 2010 19 h 22

    Hamad savait-il?

    Sam Hamad voudrait nous faire croire qu`il ne savait pas que sa femme était sur la courte liste soumise au cabinet. Deux remarques. D`abord il vit avec elle et se parlent de la journée de travail tous les jours, mais ils n`ont jamais parlé d`une chance d`avancement de carrière. Qui va croire cette fabulation? Deuxièmement, il est sorti du cabinet quand la liste a été soumise. Il veut dire que non seulement la candidature de sa femme était à l`ordre du jour mais aussi les deux autres noms. À l`évidence quelqu`un ment monsieur Charest.