Lettres - Des gérants d'estrade

Les retraités souhaitent une gestion prudente de leurs actifs. C'est précisément parce que les prédécesseurs de M. Sabia ont pris trop de risques que les résultats de la Caisse présentent toujours un manque à gagner de 28 milliards par rapport aux pertes historiques de l'an dernier. Notre principal reproche à monsieur Sabia, c'est qu'il a fait le choix de perpétuer la culture du secret qui caractérise la Caisse depuis sa création.

L'an dernier, lors de l'annonce des pertes historiques de 40 milliards, on nous disait que les explications détaillées viendraient plus tard. Lors de la nomination de monsieur Sabia, on nous disait qu'il était trop tôt pour lui poser des questions. Un an plus tard, on nous dit qu'il faut oublier le passé et regarder vers l'avenir.

Or, 28 milliards manquent toujours dans le bas de laine des Québécois, sans que les explications requises aient été données. M. Sabia a la capacité de nous donner ces explications, mais il refuse de le faire. Pourquoi M. Sabia fait-il le choix de protéger ses prédécesseurs à la direction de la Caisse?

***

Madelaine Michaud - Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP)

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

2 commentaires
  • Jean Claude Pomerleau - Inscrit 2 mars 2010 06 h 36

    Caisse: Tripotage politique et démembrement

    Quelle part a joué le tripotage politique dans la sous performance de la Caisse par rapport au autres fonds semblables (15 milliards en 2 ans):

    http://www.vigile.net/La-Caisse-Tripotage-politiqu


    JCPomerleau

  • Pierre Schneider - Abonné 2 mars 2010 07 h 14

    Magouille et compagnie

    Toute la vérité n'a jamais été publiée sur le magouillage érigé en système entourant cette perte énorme et, malgré une commission parlementaire, les éléments les plus compromettants impliquant avocats et gestionnaires ont été poussés sous le tapis. À quand une véritable enquête sur le tripotage de notre bas de laine ?