Lettres - Jouer à la cachette

Malgré sa tentative pour calmer l'opinion publique en nommant monsieur Duchesneau à la direction d'une force anticollusion, le gouvernement Charest ne réussit qu'à nous inciter à vouloir encore plus une enquête publique. L'insistance que l'on met à se tourner vers le futur n'a d'égale que celle que l'on met à cacher le passé. On nous répète ad nauseam: pas d'enquête publique pour le moment, et le moment s'étire à n'en plus finir...

Il devient de plus en plus évident qu'on a des choses à cacher puisqu'on préfère laisser planer les soupçons plutôt que d'aller au fond de ces histoires de corruption. C'est un peu comme si on nous disait: il y en a qui se sont fait prendre la main dans le sac, mais à l'avenir, on ne nous y prendra plus. Passons l'éponge et regardons ailleurs. Monsieur Charest, arrêtez de nous prendre pour des imbéciles! Qui sont ces gens à qui vous permettez de jouir de l'impunité?

Comment prévenir la corruption si on ne veut pas en démanteler tous les rouages? Comment forcer les personnes impliquées à dénoncer ce qu'ils savent? Ce n'est pas la réputation de monsieur Duchesneau, si bonne soit-elle, qui va inciter les bandits à se livrer eux-mêmes.

Allez, un peu de courage, Monsieur Charest, ça vous changera de jouer à la cachette!

***

Gisèle Filion - Montréal, le 24 février 2010
3 commentaires
  • notario - Inscrit 25 février 2010 06 h 37

    le prix du silence


    J'avais une bonne imoression e Monsieur Duchesneau, mais je pense que Charest vient d'acheter son silence,,,,,,,,,,,quelques années avec une belle paye.............méchante manière de finir une belle carrière.

  • Gisele Filion - Inscrit 25 février 2010 10 h 46

    nouvel élément à considérer au sujet de mon texte : Jouer à la cachette

    Je viens de lire sur un autre blogue que Monsieur Duchesneau aurait contribué pour $2500.00 au Parti libéral en 2008. Est-ce vrai? Si oui, cela ne discréditerait-il pas encore plus, la force anticollusion qu'il dirigerait?
    Non, il ne faut pas sauter aux conclusions mais il ne faut pas non plus rester aveugle devant des lumières rouges qui clignotent.
    Gisèle Filion

  • Andre Vallee - Inscrit 25 février 2010 21 h 57

    On ne peut cacher un tas de fumier

    Les efforts de Jean Charest pour cacher son manque d'éthique, le favoritisme dans les contrats gouvernementaux, les faveurs aux amis du parti... n'empêchent pas l'évidence d'être perçue. Le sens le plus aigüe est le sens commun.