Lettres - David plutôt que Goliath

En mettant le PQ dans sa ligne de tir pour l'attention qu'il accorde à la souveraineté, Lucien Bouchard, plutôt que de s'attaquer à Goliath, choisit de s'acharner sur David. Et de ce fait même, il vient éteindre le feu qui brûlait sur le Parti libéral.

C'est-à-dire l'urgence d'ouvrir une enquête publique sur la corruption qui touche l'attribution des contrats dans le domaine de la construction. Expert dans l'art de détourner l'attention sur la question nationale qui tente en vain de se frayer un chemin depuis plusieurs décennies, Lucien Bouchard nous éloigne du véritable mobile, qui est celui de réaliser cette enquête publique, qui pourrait nuire à certains membres du Parti libéral québécois. Cette enquête est plus désirée que la non-souveraineté de notre peuple, qui s'est vu retirer ses aspirations avec les années.

***

Christian Thomas - Montréal, le 20 février 2010
4 commentaires
  • Robert Henri - Inscrit 24 février 2010 07 h 00

    Charest, l'obstiné

    L'obstination de Jean Charest à refuser une enquête publique et indépendante sur l'industrie de la construction au Québec, la nomination de l'ancien chef de police de Montréal pour éplucher les contrats avec l'idée de regarder en avant plutôt qu'en arrière(c'est à dire de porter des œillères de l'aveuglement volontaire ? ) me conforte dans la conviction que ou bien le crime organisé y est bien installé ou encore que beaucoup de Libéraux risquent d'être impliqués. Les deux peut-être. En fait, ce refus de transparence rend Charest autant que tout son parti suspects. Peut-être que les autres partis ont des membres impliqués mais ce ne sont pas eux qui opposent un refus à la volonté quasi unanime de la population et des autres parties intéressées.

  • Gisele Filion - Inscrit 24 février 2010 07 h 16

    David plutôt que Goliath

    Bravo! Tout à fait poétique cette image de David contre Goliath! Texte pertinent et percutant dont je partage les idées à 100%.
    Gisèle Filion, Montréal

  • Maxime Archambault - Inscrit 24 février 2010 12 h 15

    Dévier l'attention du public est une chose

    Les médias eux, pourrait faire preuve de plus de rigueur face au flux d'événements d'actualités.

  • France Marcotte - Inscrite 24 février 2010 12 h 20

    Le tribun mercenaire

    Fine analyse de la situation, en effet. M.Bouchard sait qu'il a du charisme et une autorité aux relents religieux sur la population du Québec. Le charisme n'est pas une marchandise M.Bouchard et faut-il que le feu soit aux poudres pour en venir là.