Lettres - Rêver de comptabilité ?

Lucien Bouchard convie les quelque trois millions de souverainistes à rêver de comptabilité au lieu d'un pays indépendant.

Qui n'a pas envie de rêver de tarifs d'électricité plus élevés, n'est-ce pas? Tout le monde veut équilibrer son budget et se débarrasser des dettes, mais en rêve-t-il? Si Lucien Bouchard voulait fouetter les troupes indépendantistes, il aura réussi. Le rêve d'un pays souverain demeure légitime, surtout compte tenu de l'évolution du gouvernement fédéral, qui ne se soucie pas de la démocratie, proroge le Parlement, dénie l'assistance à un enfant — soldat, se moque éperdument de l'environnement. Toutefois, pour passer du rêve à la réalité, il faudra affronter certaines turbulences (c'est Pauline Marois qui l'a dit). Par exemple, renoncer à la péréquation et subir des sautes d'humeur des marchés financiers. Avec la liberté vient le désagrément des responsabilités, comme le sait tout jeune adulte qui quitte la maison parentale. La vraie question est de savoir si le rêve d'un pays est assez puissant pour lui donner la force de réalisation. Pour cela, il faudra un chef qui est à la fois rêveur et réaliste, qui saura expliquer et convaincre. Ce ne sera pas Lucien Bouchard.

***

Jana Havrankova - Saint-Lambert, le 21 février 2010
 
2 commentaires
  • Pierre Bernier - Abonné 23 février 2010 11 h 44

    Eh oui !

    Et la responsabilité, c'est l'obligation de...
    - prévenir !
    - agir à temps !
    - réparer, le cas échéant !
    - rendre des comptes !
    et s'exposer à une sanction positive ou négative... de l'histoire !

  • Roland Berger - Inscrit 23 février 2010 13 h 46

    Un messie, rien de moins

    Le Québec ne fera son indépendance que s'il se laisse convaincre par un personnage perçu comme un messie, quelles que soient les aptitudes de ce dernier. Mais l'histoire nous apprend ce qui attend des peuples qui ont cherché à se libérer en s'accrochant aux belles paroles d'un illuminé.
    Roland Berger
    St Thomas, Ontario