Lettres - La façon humainede voyager?

Depuis neuf ans, j'avais le grand plaisir de voyager fréquemment entre Port-Daniel et Montréal par la façon la plus humaine de voyager comme le dit si bien le slogan de Via Rail: le train. À mes yeux, ce slogan prenait tout son sens sur ce circuit si particulier qui relie Montréal et Gaspé.

Même le nom du circuit, Le Chaleur, s'y collait parfaitement. Bien sûr parce qu'il fait référence à la Baie des Chaleurs (une des plus belles au monde), mais surtout parce qu'à mes yeux il faisait aussi allusion à l'ambiance si particulière qui y régnait.

Ce lieu de rencontres? La voiture-restaurant. Une salle à manger petite, sobre, mais combien sympathique! C'est là qu'avaient lieu toutes ces retrouvailles et ces nouvelles rencontres. À l'heure du souper pour certains où, même seul, on se retrouvait jumelé avec des partenaires-surprises de voyage avec lesquels on partageait un bon repas. Pour d'autres, c'était à l'heure du petit-déjeuner devant des oeufs brouillés et du café, dont les odeurs parfumaient la voiture entière.

Depuis peu, mon plaisir s'est transformé en désolation. Via Rail a décidé de fermer sa salle à manger, notre lieu de rencontre, notre côté humain de voyager, ma raison de prendre le train. Mes quatre derniers soupers à bord du Chaleur se sont résumés à des repas congelés avec des ustensiles et de la vaisselle en plastique en toute solitude. Je vous épargne le voyage où il n'y avait plus de plat congelé à 17h30! Il n'y a plus d'arôme, plus de conversations animées, plus de rencontres inattendues. Tous, isolés dans nos cabines ou sections. La salle à manger est déserte ou presque. On n'y retrouve que les employés, assis, qui attendent... personne! C'est désolant! Le plus insultant, c'est qu'à quelques mètres seulement, dans le même train, sur la même voie ferrée, il y a un restaurant dans L'Océan (Montréal-Halifax) qui offre à sa clientèle du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse restauration, nappe blanche et ambiance à laquelle nous n'avons pas accès. Aux yeux de Via Rail sommes-nous des clients de seconde classe?

***

Micheline Roy - Port-Daniel, le 18 février 2010
1 commentaire
  • Pierre Rousseau - Abonné 22 février 2010 08 h 19

    Service?

    Eh bien, Via Rail tente d'imiter sa grande soeur, Air Canada?