Lettres - Hésitant Lucien Bouchard

Typiquement, le Québécois veut et ne veut pas simultanément. Il poursuit la même pensée qu'autrefois. Jadis, c'est lui qui préféra être à l'aise pour se regarder dans le miroir et qui refusa l'affichage unilingue français, usage normal de la langue prioritaire dans tous les pays du monde.

Au sujet de l'identité, il préfère la diluer et ne pas trop la mettre de l'avant alors qu'il est possible de s'affirmer tout en respectant tous les nouveaux citoyens qui se joignent à nous. Un jour, le Québec saura affirmer son identité dans le respect ou disparaîtra graduellement. Pour le moment, il nous reste le miroir.

***

Jean-Guy Plante - Montréal, le 17 février 2010