Lettres - Une vue de l'esprit

Tous ceux qui ont voyagé au Canada (hors Québec) savent très bien que le bilinguisme y est une vue de l'esprit. La réalité saute aux yeux des observateurs tous les jours.

Ainsi, est-il surprenant qu'aux Jeux olympiques, où le français est l'une des deux langues officielles dans un pays prétendument bilingue, le français y soit si peu représenté, soit 15 % de bénévoles bilingues à l'accueil et un affichage des plus discret?

Comment se fait-il d'ailleurs que les journalistes canadians interviewent nos athlètes francophones en anglais, alors que les journalistes québécois interviewent les joueurs de hockey ou autres athlètes anglophones unilingues en anglais? Poser la question, c'est y répondre. Plus ça change...

***

Michel Mallette - Montréal, le 14 février 2010