Lettres - Le droit de mourir dans la dignité

C'est lundi prochain, le 15 février, à 14h, que commencent les travaux parlementaires de la Commission de la santé et des services sociaux sur le droit de mourir dans la dignité. Cette commission apolitique a été mise sur pied à l'Assemblée nationale du Québec, le 4 décembre dernier, par un vote nominal unanime et sans abstention (112/112). Les travaux seront diffusés ou rediffusés à la télévision de l'ANQ; ils seront aussi archivés.

J'anticipe fortement que les résultats de cette commission seront:

- Pour l'augmentation de la dignité et de la sérénité en fin de la vie;

- Pour la bonification de la qualité de la fin de la vie;

- Pour le développement des approches et des soins appropriés de fin de vie, pour sortir des impasses actuelles;

- Pour la primauté de la PERSONNE en fin de vie, dans le processus décisionnel;

- Pour l'accessibilité à tous à des soins appropriés de fin de vie.

Près de 60 000 personnes meurent annuellement au Québec. Très majoritairement des aînés. Et par ces décès, près de deux millions de personnes sont touchées. Place aux premiers travaux de la Commission! J'y serai, bien sûr, avec mes 25 années d'expérience...

***

Yvon Bureau - Consultant bénévole pour un mourir digne et libre, Québec, le 11 février 2010
2 commentaires
  • . Malette et Chapdelaine Inc. - Inscrite 12 février 2010 13 h 52

    Mourir dans la dignité, dites-vous ??

    J'en sais quelque chose.

    Que penser des personnes âgées qui ont fait confiance à un proche, l'ont nommé mandataire en cas d'inaptitude, lui ont signé une procuration générale bancaire. Il n'est pas rare qu'à la fin de leur vie, ce même proche en profite pour vider leur compte de banque avant de faire homologuer le mandat qui confirme l'inaptitude du mandant et coule dans le béton le mandat en cas d'inaptitude.

    Bien souvent, ce même proche s'est aussi fait "coucher sur le testament" et comme tous les testaments ne sont plus rendus publics à la mort d'une personne, le crime, car s'en est un, passe inaperçu.

    Le gouvernement paie de belles publicités télés pour inciter les gens à dénoncer cela, comme si les vieillards se faisaient dévaliser en pleine rue. Ce genre de crime, hélas, se passe derrière des portes closes et s'accompagnent souvent de flatteries, menaces, compliments, violence verbale et physique.

    Comme les personnes âgées ont la peur facile et la peau sensible, ils gardent le silence en attendant la mort. Ces gens meurent souvent esseulés car leur mandataire a pris un soin jaloux de faire le vide autour d'eux. Regardez autour de vous, il y en a dans toutes les familles.
    Yolande Chapdelaine
    Laval

  • Yvon Bureau - Abonné 13 février 2010 18 h 09

    Le seul intérêt de la personne en fin de vie doit primer

    Madame Chapdeleine, je prends plaisir à vous saluer.

    Votre triste récit m’invite à dire à nouveau que le seul intérêt qui doit exister et primer est celui de la personne en fin de vie. La Loi est clair là-dessus.

    Tellement d’autres intérêts sont présents lors de la fin de la vie d’une personne. Des plus nobles au plus ignobles, malheureusement.

    Pour ce, des directives anticipées de fin de vie ( testament biologique) et surtout la nomination de mandataires pour voir au respect des dernières volontés de la personne en fin de vie sont si précieuses.

    Lorsque nous terminons notre vie, nous sommes en haut degré de vulnérabilité. De la l’importance d’avoir la protection et la solidarité de nos proches et de nos professionnels significatifs et bien documentés.

    Vie heureuse et sereine à vous !

    Yvon Bureau t.s.