Lettres - Tout ce débat autour de l'interculturalisme !

Les lecteurs du Devoir ont été comblés la semaine dernière tellement les articles furent nombreux sur la question de l'interculturalisme. Ce qui prouve que le débat en cours représente un enjeu capital dans le devenir du Québec moderne au XXIe siècle.

Selon moi, la question n'est pas tant de savoir si les Québécois ont déjà trop concédé à la diversité culturelle ou si des membres de minorités religieuses seraient victimes d'ostracisme par leur société d'accueil. C'est plutôt de déterminer si les acteurs de l'interculturalisme reconnaissent d'emblée la légitimité des actions que mène ou qu'a dû mener la nation québécoise pour s'émanciper, protéger sa langue ou favoriser, par exemple, son adhésion à des valeurs progressistes, sociales-démocrates ou laïques. C'est aussi de découvrir si ces différents acteurs reconnaissent comme fondamental le droit à l'autodétermination du Québec.

À mon avis, faire abstraction de ces faits dans la poursuite du débat actuel est voué à l'impasse. On ne peut parler de pluralisme ou d'interculturalisme sans prendre acte du contexte particulier du Québec. Sinon, on fait fausse route comme le font certains universitaires présentement. C'est mon opinion. Face à cette situation, la population doit rester vigilante.

*****

Jean De Julio
 
5 commentaires
  • Yvon Roy - Inscrite 9 février 2010 07 h 38

    curling

    L'Intercultûralisme c'est tout comme le curling finalement. Certains aiment et d'autres pas et il faudra bien en rester là avec ce concept Tendance il me semble....

  • Jacques Saint-Cyr - Inscrit 9 février 2010 09 h 44

    L'interculturalisme et l'émancipation du Québec

    Monsieur De Julio, votre intervention est un coup d'épée dans l'eau. L'interculturalisme n'a rien à voir avec le projet d'émancipation du Québec. Celui-là a commencé bien avant l'idée d'indépendance, au moment où Champlain a fondé une alliance avec les nations indiennes qui dura jusqu'à la Conquête. Indiens et français mêlèrent leurs cultures (et leur sang) à l'échelle du Continent, dans les "Pays-d'en-Haut". Sans l'apport des autochtones, nos ancêtres n'auraient pas survécu et Québec serait tombée aux mains des anglais bien avant 1760. La réalité francophone en Amérique est multi-culturelle et elle inclut les québécois dits de souche. Indépendamment de ces faits, le projet d'autodétermination est légitime, tout le monde le reconnaît, y compris la Cour Suprême.

  • Philippe Labossiere - Inscrit 9 février 2010 09 h 55

    Interculturalisme est la même chose que le multiculturalisme !



    Le professeur M. Daniel Weinstock dit de façon cnon équivique que l'interculturalisme était la même chose que le multiculturalisme..


    C'est assez clair!

    Il a dit cela lors d'un colloque à Paris..et il a même affirmé qu'il espérait qu'il n'y ait pas de journalistes québécois dans la salle..

    http://www.islamlaicite.org/IMG/mp3/weinstock.mp3

  • Pierre Bernier - Abonné 9 février 2010 11 h 07

    Peut-on revenir à l'essentiel ?

    Celui qui s'applique méthodiquement à faire le plus difficile maintenant dispose de temps pour faire l'impossible plus tard !

  • Geoffroi - Inscrit 9 février 2010 13 h 22

    Blablas interculturels assommants

    Trop de blablas interculturels assommants à lire au Devoir.

    D'accord avec ce texte de M. De Julio.

    Il faut toutes et tous les intégré(e)s à notre nation avec le moins d'accommodements possible. Une constitution pour Nous et Eux - incluant les supers prêtres pédagogues pontifiants - ça presse.