Lettres - Traiter d'autres déchets plus polluants

Les gouvernements veulent investir 14 millions de dollars pour effectuer un travail que la nature fait déjà gratuitement, pensez aux cimetières. Composter nos déchets de tables et organiques... Que peut-on dire? C'est un projet politiquement rentable qui mystifie la population. Ne serait-il pas plus avisé d'investir cette somme dans les déchets beaucoup plus polluants, les plastiques, les caoutchoucs, les nylons et tous ces autres produits créés par l'homme qui jonchent notre planète et dont la pérennité nous menace?

Mais non, cela est impossible parce que ce recyclage menace la croissance industrielle... Imaginez le secteur des mines s'il était obligatoire de récupérer et de consommer tous les métaux entreposés ici et là à la va-comme-je-te-pousse avant d'extraire une autre once de minerai. Ce montant pourrait être affecté au traitement des eaux usées... L'usine Des Baillets qui rejette dans le fleuve une eau certes débarrassée de ses solides, mais encore chargée d'organismes pathogènes. Je crois que c'est suffisant. Il ne s'agit plus que de continuer sur cette lancée... Les déchets organiques la nature peut s'en occuper, mais il y en a tant d'autres qui nous survivront pour des millénaires.

***

Jean-Paul Paquette - Le 4 février 2010
2 commentaires
  • France Marcotte - Inscrite 8 février 2010 08 h 30

    Ne pas confondre

    L'usine Des Baillets est une usine de filtration (eau potable) à ne pas confondre avec la Station d'épuration des eaus usées située dans l'Est de Montréal, qui retient les solides mais aussi plusieurs tonnes de matières en suspension par un procédé physico-chimique. Un projet d'ozonation à l'effluent y est actuellement en cours pour traiter les organismes pathogènes avant le retour au fleuve des eaux traitées (jusqu'à 80mètres cube par seconde en temps de pluie).

  • Assez merci - Inscrit 8 février 2010 09 h 25

    Priorités

    Je voix cette annonce comme de la petite politique de la part de Charest.

    Il me semble que la pollution par les produits chimiques en agriculture serait prioritaire.
    Empoisonner notre nappe d'eau souterraine avec des fertilisants, pesticides etc. devrait cesser au plus vite.
    Nombre élevé de nos cultivateurs aimeraient bien faire de la culture sans produits chimiques avec un peu d'aide gouvernementale en pratiquant la rotation des cultures: pas d'aide!
    Mais charest ne s'attaquera jamais aux Monsanto, Dow en interdisant ses poisons et en venant en aide aux producteurs.
    Dommage que le gouv. ne s'attaque pas à la cause de bien des problèmes et maladies causés par ses poisons.
    Je vois des amendes imposés aux contribuables qui ne respecteront pas les consignes de récupération émissent par les municipalités dans un future rapproché.
    Dommage!