Lettres - Déchets de table

Les gouvernements veulent investir 14 millions de dollars pour effectuer un travail que la nature fait déjà gratuitement, pensez aux cimetières. Composter nos déchets de table et organiques... Que peut-on dire? C'est un projet politiquement rentable qui mystifie la population... Ne serait-il pas plus avisé d'investir cette somme dans les déchets beaucoup plus polluants, les plastiques, les caoutchoucs, les nylons et tous ces autres produits créés par l'homme qui jonchent notre planète et dont la pérennité nous menace?

Mais non, cela est impossible parce que ce recyclage menace la croissance industrielle... Imaginez le secteur des mines s'il était obligatoire de récupérer et de consommer tous les métaux entreposés ici et là à la va-comme-je-te-pousse avant d'extraire une autre once de minerai. Ce montant pourrait être affecté au traitement des eaux usées... l'usine Desbaillet qui rejette dans le fleuve une eau certes débarrassée de ses solides, mais encore chargée d'organismes pathogènes. Je crois que c'est suffisant. Il ne s'agit plus que de continuer sur cette lancée... Les déchets organiques, la nature peut s'en occuper, mais il y en a tant d'autres qui nous survivront pour des millénaires.

***

Jean-Paul Paquette - Le 4 février 2010

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

5 commentaires
  • France Marcotte - Inscrite 5 février 2010 08 h 29

    Précisions

    Je me sens le devoir de vous corriger monsieur Paquette. À Montréal, l'usine Desbaillet en est une de filtration (eau potable) situer dans l'ouest, en amont. Vous voulez sans doute plutôt parler de l'usine d'épuration des eaux usées, située dans l'est, en aval. J'y travaille comme technicienne. Je peux vous dire qu'elle fait plus qu'enlever les solides; le traitement physico-chimique (dessablage coagulant polymère) en retire chaque jour plusieurs tonnes de matières en suspension. Vous avez raison pour les organismes pathogènes (le traitement au chlore prévu est désuet) et un projet d'ozonation des eaux traitées avant rejet au fleuve est présentement en cours. Je vous invite à visiter la station, c'est très intéressant.

  • France Marcotte - Inscrite 5 février 2010 08 h 37

    Autre précision

    Les résidus solides qui sont retirés des eaux usées à Montréal sont composés pour une bonne part de plastiques que les gens jettent dans la rue et qui sont lessivés par les eaux de pluies vers l'intercepteur. Un peu plus de civisme nous éviterait les coûts importants associés à ce traitement qui n'est d'ailleurs pas infaillible et qui laisse filer au fleuve des quantités non négligeables de plastiques de petite dimension qui passent à travers les mailles du traitement.

  • Paul Racicot - Inscrit 5 février 2010 16 h 24

    En fait...

    ...tout bien produit ne devrait-il pas, après usage, passer par une usine de traitement ou un écocentre, de telle façon qu'il soit retourné sans danger dans la nature ou réintégré sans danger dans la chaîne de production-consommation?

    Ce qui suppose que les biens soient produits en tenant compte de ce traitement et de ce recyclage. C'est donc aussi en amont de la chaîne de production que nos gouvernants devraient intervenir, c'est-à-dire légiférer.

  • Frederik Cloutier - Inscrit 16 février 2010 13 h 53

    Compostage

    Je ne contesterai pas l'idée de M. Paquette d'investir plus dans le recyclage ou le traitement de produits dangereux. Par contre, le compostage bien fait a une valeur environnementale et économique non négligeable. Présentement, les déchets de table sont incinérés (aucune valeur) ou enfouis (composte contaminé). Ce n'est pas fameux comme traitement gratuit fait par la nature.

  • Michel Bisson - Inscrit 18 février 2010 17 h 47

    Pourquoi faire naturellement ce que les amis peuvent faire?

    Vous avez pensé à ça???

    C,es tplus payant faire compliqué que faire simple..Surtout quand c'est le payeur de taxe qui prend la tasse..

    Tant qu'à l'incinérateur de boues usées du bout de l'île fume???

    Ah oui? depuis quand???Et combien ça a coûté pour que ça marche pas???

    Vous connaissez des ingénieurs qui avaient dit dès le départ que ça marcherait pas?

    Et ce qui leur a été répondu???