Lettres - Conduite dangereuse des politiciens

Le Parlement d'Ottawa semble vouloir adopter à l'unanimité le projet de loi conservateur permettant aux policiers d'imposer l'alcootest à n'importe quel conducteur sans raison apparente. Les policiers pourront bientôt arrêter tout conducteur, sans motif, pour lui faire subir un alcootest.

Si l'objectif poursuivi est noble, le moyen choisi est particulièrement dangereux. Le gouvernement fédéral ouvre la porte à toutes sortes d'abus et d'entraves à la vie privée. Aujourd'hui, l'alcool au volant, et demain, ce sera quoi? Il n'y a qu'un pas avant que l'on permette aux policiers de fouiller, sans motif valable, n'importe quel individu sous prétexte qu'il a peut-être en sa possession des drogues dures, une arme ou je ne sais quoi! Cette mentalité de « ben quoi? Si ça peut sauver vies! » qui habite nos politiciens est un petit pas vers un État policier. Ce pas, si petit soit-il, ne doit pas être franchi.

Il existe d'autres moyens pour lutter contre l'alcool au volant tout en respectant les droits fondamentaux des Canadiens. Les campagnes de sensibilisation, de prévention et d'éducation ont eu un impact majeur sur les habitudes de consommation des conducteurs depuis 20 ans. C'est dans cette voie qu'il faut investir.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.