Une période à connaître

J'ai lu avec le plus grand intérêt l'article sur Jacques Cartier paru dans Le Devoir du 4 août. Vous m'avez renseigné sur la période de 1543-1604 dont j'ignorais tout. Il me paraît cependant que ce qui s'y est passé n'a pas eu de suite et n'a pas modifié le cours de l'histoire.

Vous m'intriguez cependant en prétendant, si j'ai bien compris, que la Conquête est un mythe. Si vous disiez aux Britanniques qu'ils n'ont pas conquis le Canada, ils sursauteraient sûrement. Pour moi, c'est l'évidence même, ils se sont rendus maîtres du territoire. Que veut-on de plus? Quel mot suggérez-vous d'employer au lieu de «conquête» pour qualifier ce fait? Invasion? Occupation? Quand les Kirke ont pris Québec en 1629, ils se sont rendus maîtres de la colonie française. Bien qu'ils l'aient restituée en 1632 à la suite du traité de Saint-Germain-en-Laye, on écrit quand même que les Kirke ont pris Québec, qu'ils s'en sont emparés.

Il est connu maintenant que la France a préféré les Antilles au Canada en 1763 et qu'elle a abandonné son ancienne colonie. Cette décision politique, l'abandon ou la cession du pays, est venue confirmer une défaite militaire. Si, au contraire, la France avait gardé (ou repris) le Canada par ce traité, l'effet de la victoire militaire aurait été annulé, mais non le fait lui-même. Ce sont deux événements bien distincts.

Je ne vois pas du tout en quoi le «mythe» de la Conquête est une interprétation historique qui puisse servir à fonder une option politique. Que le Canada ait été conquis ou cédé importe peu. Eut-il été vendu comme la Louisiane, qu'est-ce que cela changerait? Il n'y a «pas rapp», diraient certains élèves. La Nouvelle-France est passée sous la domination britannique, c'est là le fait important. Je ne me rappelle pas avoir entendu cet argument de la part des indépendantistes. Je suis pourtant de la même génération que vous, j'ai entendu la même «propagande».

La toute fin de votre article me surprend. Si je vous interprète bien, le statut du Québec, à la suite des deux référendums, est clair. Or le Québec n'a pas encore adhéré à la Constitution actuelle qui a été imposée. En somme, le statut du Québec n'est pas réglé! Quelle est cette conclusion nette à laquelle vous pensez? Je ne la vois pas.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.